Une critique de la notion de frontières artificielles à travers le cas de l’Asie centrale

Authors: Gonon, Emmanuel; Lasserre, Frédéric
Abstract: Depuis la disparition de l’URSS, en 1991, l’Asie centrale est partagée entre cinq États. Complexes, ses frontières sont passées brutalement du statut de frontières intérieures à celui de frontières internationales. Certains auteurs n’hésitent pas à recourir à la catégorie de « frontière artificielle » pour les décrire. Pourtant, ce concept est fort réducteur et contestable, tout autant que celui de « frontière naturelle » : tous les deux renvoient à des représentations très idéologiques des frontières étudiées. Par ailleurs, l’histoire des tracés témoigne des préoccupations qui ont présidé au découpage de l’Asie centrale à l’époque soviétique : elle révèle des critères de gestion qui ne font pas des frontières de l’Asie centrale des tracés ontologiquement différents des autres frontières du monde. Les États nouvellement indépendants d’Asie centrale ont, certes, hérité de frontières complexes, mais la question de leur gestion pacifique relève beaucoup plus des volontés politiques des gouvernements que d’une prétendue nature artificielle des tracés.
Document Type: Article de recherche
Issue Date: 1 December 2003
Open Access Date: 13 April 2016
Document version: VoR
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/810
This document was published in: Cahiers de géographie du Québec, Vol. 47 (132), 433–461 (2003)
https://doi.org/10.7202/008090ar
Presses de l'Université Laval
Alternative version: 10.7202/008090ar
Collection:Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Files in this item:
SizeFormat 
Critique notion frontière artificielle CGQ 2003.pdf2.73 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.