Les Soft Powers asiatiques à l’épreuve de la Covid-19

Authors: Courmont, Barthélémy; Lasserre, FrédéricMottet, Éric
Abstract: Les puissances asiatiques sont friandes du soft power, perçu par certains comme un outil au service d’une puissance moyenne souhaitant jouer un rôle plus important sur la scène régionale et internationale (Corée du Sud, Singapour…) ; par d’autres comme la justification d’une grande puissance de retour sur le devant de la scène (Chine, Inde) ; et par d’autres enfin comme un moyen de résistance face à de nouveaux équilibres régionaux jugés défavorables (Japon). Bien que conçu dans le monde occidental et sans relation directe avec la région, le soft power (ou pouvoir d’influence dans sa version française) a fait des émules en Asie, au point de devenir une stratégie nationale officielle dans certains cas, et de justifier des politiques étrangères basées sur la recherche de l’influence. On peut même considérer que le soft power se conjugue désormais au pluriel en Asie tant il se manifeste différemment selon les cas, et ce concept au départ libéral nourrit désormais une vision réaliste des relations interétatiques et sert l’intérêt national, jusqu’à générer de nouvelles formes de compétitions. Joseph Nye lui-même admet que son concept a été réinterprété, au risque de parfois s’éloigner de son sens initial. Si les stratégies asiatiques de soft power sont diverses, elles furent toutes soumises à la crise de Covid-19.
Document Type: Article de recherche
Issue Date: 15 September 2021
Open Access Date: Restricted access
Document version: AM
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/70633
This document was published in: Diplomatie, (111), 72-76 (2021)
https://www.areion24.news/produit/diplomatie-n-111/
Areion
Collection:Autres articles publiés

Files in this item:
Description SizeFormat 
Texte cadrage (Softs power Asie)_12 juillet 2021.pdf
221.26 kBAdobe PDF    Request a copy
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.