Analyse de la divergence des positions des États-Unis et de la Russie en Syrie dans la lutte contre le groupe de l'État islamique en Iraq et au Levant menée sous l'égide du Conseil de sécurité des Nations Unies

DC FieldValueLanguage
dc.contributor.advisorCampana, Aurélie-
dc.contributor.advisorLafontaine, Fannie-
dc.contributor.authorEl Kyak, Anass-
dc.coverage.spatialRussie.-
dc.coverage.spatialÉtats-Unis.-
dc.coverage.temporal2011- (Révolte)-
dc.date.accessioned2021-07-05T07:14:43Z-
dc.date.available2021-07-05T07:14:43Z-
dc.date.issued2021-
dc.identifier.other37241-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/69514-
dc.description.abstractCe mémoire de maîtrise tente de comprendre comment la divergence des logiques d'action entre les États-Unis et la Russie en Syrie avait entravé la constitution d'une action collective encadrée par le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) qui aurait pu favoriser la prévention et la mise à l'échec rapide et définitive de l'organisation de l'État islamique en Iraq et au Levant (EIIL). En effet, les États-Unis et la Russie ont été les puissances internationales les plus influentes en Syrie étant donné leur implication d'envergure qui avait comme objectif déclaré de vaincre l'EIIL. S'accordant sur la nécessité de résoudre politiquement la crise syrienne, ces deux acteurs stratégiques détiennent toutefois des préférences contradictoires, principalement par rapport au sort du régime syrien de Bachar al-Assad et à la dynamique des groupes armés impliqués dans les combats contre ce dernier. Ainsi, malgré leurs projets concurrents en Syrie, ces deux acteurs ont tenté de concevoir une approche commune pour résoudre la guerre civile et aboutir à la conduite d'opérations militaires conjointes contre l'EIIL et les autres groupes terroristes investissant le conflit syrien. Néanmoins, la persistance des dissensions entre ces deux membres permanents du CSNU avait réduit les possibilités d'accord entre eux et s'est projetée sur les travaux de cette instance dont les décisions jouissent d'une portée juridique et politique exceptionnelle. Ainsi, nous analysons, d'une part, les occasions diplomatiques d'interaction entre ces deux acteurs, et d'autre part, leurs motivations stratégiques respectives. Cette analyse nous permet de définir leurs logiques d'action en Syrie, de relever les divergences fondamentales qui les avaient menés à préférer des réponses unilatérales contre l'EIIL plutôt qu'une réponse commune et de caractériser enfin le dilemme de l'action collective engendré par leur problème de coordination en Syrie et ayant restreint la capacité du CSNU à prendre des mesures collectives décisives et définitives contre l'EIIL en Syrie.fr
dc.description.abstractThis thesis attempts to understand how the divergence in the logics of action between the United States and Russia in Syria had hindered the constitution of a collective action framed by the United Nations Security Council (UNSC) that could have favored the prevention and the rapid and definitive defeat of the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) organization. Indeed, the United States and Russia have been the most influential international powers in Syria given their extensive involvement under the stated goal of defeating ISIL. While agreeing on the need for a political solution to the Syrian crisis, these two strategic actors hold conflicting preferences, mainly with regard to the fate of the Syrian regime of Bashar al-Assad and the dynamics of the armed groups involved in the fighting against him. Thus, despite their competing plans in Syria, these two actors have attempted to devise a common approach to resolving the civil war and leading to the conduct of joint military operations against ISIL and the other terrorist groups taking advantage in the Syrian conflict. Nevertheless, the persisting dissension between these two permanent members of the UNSC had reduced the possibilities of agreement between them and has been projected on the work of this body whose decisions enjoy an exceptional legal and political scope. Thus, we analyze, on the one hand, the diplomatic occasions of interaction between these two actors, and on the other hand, their respective strategic motivations. This analysis allows us to define their logics of action in Syria, to identify the fundamental differences that have led them to prefer unilateral responses against ISIL rather than a common response, and to characterize the dilemma of collective action created by their coordination problem in Syria and that limited the UNSC's ability to take decisive and definitive collective action against ISIL in Syria.en
dc.format.extent1 ressource en ligne (ix, 221 pages)-
dc.languagefre-
dc.titleAnalyse de la divergence des positions des États-Unis et de la Russie en Syrie dans la lutte contre le groupe de l'État islamique en Iraq et au Levant menée sous l'égide du Conseil de sécurité des Nations Unies-
dc.typeCOAR1_1::Texte::Thèse::Mémoire de maîtrisefr
dc.date.updated20210720-
dc.subject.rvmÉtat islamique (Organisation)fr_CA
dc.subject.rvmNations Unies. Conseil de sécurité.fr_CA
dc.subject.rvmGuerre contre le terrorisme, 2001-2009.fr_CA
dc.subject.rvmSyrie -- Histoire -- 2011- (Révolte)fr_CA
dc.subject.rvmSyrie -- Aspect stratégiquefr_CA
dc.subject.rvmÉtats-Unis -- Relations extérieures -- Russie.fr_CA
dc.subject.rvmRussie -- Relations extérieures -- États-Unis.fr_CA
dcterms.publisher.locationQuébec-
dc.identifier.bacTC-QQLA-37241-
bul.identifier.controlNumber1258955225-
etdms.degree.nameMaître ès arts (M.A.)fr_CA
etdms.degree.grantorUniversité Lavalfr_CA
bul.identifier.uuidce5649c5-1c17-4ccc-8977-09f199c4ec90-
bul.faculteInstitut québécois des hautes études internationales (IQHEI)-
etdms.degree.disciplineMaîtrise en études internationales-
bul.date.reception2021-06-23-
dc.identifier.nothese37241-
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
Description SizeFormat 
37241.pdf1.69 MBAdobe PDFThumbnail
View/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.