Effet du statut socio-économique sur la rigidité artérielle et contribution des contraintes psychosociales au travail dans une cohorte de 9 000 travailleurs

Auteur(s): Laberge Sévigny, Marylie
Direction de recherche: Trudel, Xavier; Brisson, Chantal
Résumé: Objectifs : Mesurer l’effet du statut socio-économique (SSE) sur la rigidité artérielle (RA). L’atteinte de cet objectif est réalisable grâce aux objectifs spécifiques : A) Mesurer l’association entre le SSE et la RA. B) Mesurer la contribution des contraintes psychosociales (CPS) au travail comme variable intermédiaire expliquant l’association entre le SSE et la RA. Méthodes : Le devis est une cohorte prospective de 24 ans réalisée auprès de 9 188 travailleurs québécois. La collecte de données s’est réalisée en deux temps: au recrutement (1991-1993) et en fin de suivi, 24 ans plus tard (2015-2018). Le SSE a été mesuré au recrutement selon trois indicateurs: scolarité, revenu global du ménage et occupation. Les CPS au travail du modèle « demande-latitude au travail » ont été mesurées au recrutement à l’aide des 18 items du questionnaire validé de Karasek. La RA a été mesurée par la vélocité de l'onde de pouls carotido-fémorale (VOPcf), 24 ans plus tard, selon les recommandations actuelles. Les différences de moyennes ont été modélisées, à l’aide d’analyse de covariance. Résultats : Chez les femmes, un faible revenu est le seul indicateur du SSE à avoir été associé à une RA inférieure. Après ajustement pour les facteurs sociodémographiques, les femmes ayant un revenu de ménage de 50 000-et plus ont une VOPcf moyenne de 7,78 m/s (IC 95% : 7,66-7,90). Les femmes ayant un revenu inférieur ont une VOPcf supérieure de 0,28 m/s (IC 95% : 0,10-0,46). Après ajustement pour les facteurs de risque liés aux habitudes de vie, cette différence est de 0,27 m/s (IC 95%: 0,08-0,45), puis de 0,25 m/s (IC 95%: 0,07-0,44) après ajustement pour les facteurs de risque cliniques. L’effet du revenu ne semble pas être expliqué par l’exposition aux CPS au travail puisque la différence demeure d’amplitude identique après ajustement pour les CPS au travail. Conclusion : Le revenu est un indicateur du SSE lié à la dimension des conditions de vie matérielles qui explique une part de l'influence des déterminants sociaux sur la santé. Cela peut expliquer l’influence du revenu sur le développement de la RA. Il semble essentiel de viser une meilleure compréhension des inégalités sociales de santé cardiovasculaire et des dynamiques sous-jacentes afin de permettre l'élaboration et la mise en œuvre de mesures d'intervention pour une répartition plus égalitaire des ressources.
Type de document: Mémoire de maîtrise
Date de publication: 2021
Date de la mise en libre accès: 8 février 2021
Lien permanent: http://hdl.handle.net/20.500.11794/68071
Université décernant le diplôme: Université Laval
Collection :Thèses et mémoires

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
36680.pdf8.64 MBAdobe PDFMiniature
Télécharger
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.