Immobilité et automotricité dans le traité du Mouvement des animaux

Auteur(s): Dimanche, Kesner Junior
Direction de recherche: Collette, Bernard
Résumé: La compréhension du mouvement occupe une place importante dans l’oeuvre d’Aristote. Ses travaux de recherche en cosmologie, en physique, en biologie, en psychologie témoignent de son désir d’approfondir la question. Abordant la question du mouvement des animaux dans le traité du Mouvement des animaux, Aristote arrive à soutenir l’existence de deux réalités automotrices à savoir les animaux et la nature qui s’appuient respectivement sur l’immobilité de l’âme et le premier moteur immobile. Articuler immobilité et mouvement n’est pas si évident. Aristote est confronté dans son entreprise à des contradictions et des apories qu’il cherche à résoudre rationnellement. Cela fait du plus court traité dans le corpus aristotélicien une oeuvre qui mérite qu’on s’y arrête. Ce mémoire, qui présente l’articulation des concepts aristotéliciens d’immobilité et d’automotricité, s’appuie sur des commentateurs tout en s’en distinguant. Cette articulation permet au Stagirite de proposer une intelligibilité à des réalités qui paraissent évidentes parce que vécues naturellement : le mouvement, l’action, le volontaire, l’involontaire, le non-volontaire, l’unité de l’animal, etc. On trouvera que derrière cette recherche d’articulation de l’immobilité et du mouvement ou de l’unité de l’animal se profile le thème plus général de l’unité du monde et des savoirs.
Type de document: Mémoire de maîtrise
Date de publication: 2019
Date de la mise en libre accès: 29 octobre 2019
Lien permanent: http://hdl.handle.net/20.500.11794/37092
Université décernant le diplôme: Université Laval
Collection :Thèses et mémoires

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
35569.pdf1.3 MBAdobe PDFMiniature
Télécharger
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.