Le désenchantement du monde dans Le médecin de campagne, Le curé de village et L'envers de l'histoire contemporaine de Balzac

Auteur(s): Blais-Laroche, Antoine
Direction de recherche: Belleguic, Thierry
Résumé: À la lumière de l’anthropologie historique de Marcel Gauchet, nous examinons dans ce mémoire le rapport de Balzac à la religion à partir de ses trois romans les plus religieux : Le médecin de campagne (1833), Le curé de village (1841) et L’envers de l’histoire contemporaine (1848). Publiés à des moments différents de la carrière de Balzac, ces romans ont en commun d’illustrer l’autonomisation de la sphère humaine vis-à-vis de celle de Dieu en rendant la religion tributaire de la volonté humaine. Coupant court à tout providentialisme, réinterprétant le dogme du péché originel lorsqu’ils ne l’omettent pas tout simplement, ces romans à thèse présentent un monde plus désenchanté qu’il n’y parait de prime abord. Désormais le mal s’explique par une « pathologie » et la vie bonne consiste à panser activement les plaies du monde social. Investissant radicalement l’ici-bas humain, les bienfaiteurs balzaciens, qui ont tout de saints laïcs, semblent s’émanciper de toute métaphysique contraignante. Dans cette comédie du monde qui n’a plus rien de divin, la religion s’impose comme moyen, jamais comme fin.
Type de document: Mémoire de maîtrise
Date de publication: 2019
Date de la mise en libre accès: 22 octobre 2019
Lien permanent: http://hdl.handle.net/20.500.11794/37037
Université décernant le diplôme: Université Laval
Collection :Thèses et mémoires

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
35557.pdf1.55 MBAdobe PDFMiniature
Télécharger
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.