Promotion automatique des élèves dans l'enseignement primaire au Burkina Fasoh : efficacités interne et pédagogique, attitude des enseignants à l'égard de la réforme

DC FieldValueLanguage
dc.contributor.advisorAnne, Abdoulaye-
dc.contributor.authorIlboudo, Norbert-
dc.coverage.spatialBurkina Fasofr_CA
dc.date.accessioned2019-08-26T23:01:35Z-
dc.date.available2019-08-26T23:01:35Z-
dc.date.issued2019-
dc.identifier.other34545-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/36213-
dc.description.abstractLe Burkina Faso, pour répondre à la problématique de l’échec scolaire, a longtemps pratiqué le redoublement scolaire consistant à faire reprendre la classe aux élèves dont le rendement est jugé insuffisant, avant d’introduire en 2002 une politique de passage automatique à l’intérieur des sous-cycles de l’enseignement primaire. La présente étude évalue les effets de cette politique sur l’efficacité interne du système éducatif, l’efficacité pédagogique et l’attitude des enseignants à l’égard de la réforme. Il s’agit d’une étude longitudinale portant sur une cohorte de 1698 élèves du sous-cycle constitué de la 3e et de la 4e année. Il ressort de l’étude que l’efficacité interne du système s’est améliorée, avec un net recul du redoublement (-87 % de taux d’évolution en 1re année et -38 % en 6e année, entre 2002 et 2015). Toutefois, les effets escomptés de cette réforme en matière d’amélioration des apprentissages des élèves en difficulté se font encore attendre après une quinzaine d’années de mise en oeuvre. Parmi les 54 enseignants interrogés, 94 % jugent la pratique inefficace d’un point de vue pédagogique, ce qui est confirmé par le rendement des élèves faibles promus dont le taux de réussite est seulement de 12%. Cela montre que neuf de ces élèves en difficulté sur dix ont des scores en dessous de la moyenne en classe supérieure. Pour les plus faibles (moyenne en dessous de 3/10 au départ), le taux de réussite est encore plus bas, 0,4 %. L’étude montre, en outre, que les enseignants dans leur majorité (85,2 %) sont hostiles au passage automatique des élèves en classe supérieure qu’ils critiquent pour son inadaptation au contexte scolaire burkinabè, son incohérence avec la pédagogie par objectif (PPO) en vigueur, et surtout ses nombreux effets pervers : laisser aller chez certains enseignants, paresse, démotivation des élèves. Le redoublement est en réalité la conséquence de l’échec scolaire. Le passage automatique des élèves tel qu’il est actuellement pratiqué au Burkina Faso fait indéniablement reculer le redoublement sans pour autant résoudre l’épineuse question de l’échec scolaire qui reste à des niveaux élevés. Mots-clés : redoublement, promotion automatique, politique éducative, échecfr
dc.description.abstractIn response to the problem of school failure, Burkina Faso has for a long time practiced grade repetition consisting of having underperforming students repeat the grade, before introducing in 2002 a policy of automatic promotion within the sub-cycles of primary education. This study assesses the effects of this policy on the internal efficiency of the education system, pedagogical effectiveness, and teachers' attitudes towards the reform. This is a longitudinal study of a cohort of 1698 students in the 3rd and 4th grade. The study shows that the internal efficiency of the system has improved, with a sharp drop in repetition (-87% in the first year and -38% in the sixth year, between 2002 and 2015). However, the expected effects of this reform in terms of improving the learning of underperforming students are still expected after fifteen years of implementation. Of the 54 teachers surveyed, 94% found the practice to be ineffective from a pedagogical point of view, which is confirmed by the performance of weak students promoted whose success rate is only 12%. This shows that nine out of ten underperforming students have below-average scores in the upper grade. For the weakest (average below 3/10 initially), the success rate is even lower, 0.4%. The study shows, moreover, that most teachers (85.2%) are hostile to the automatic promotion of students to higher grades. They criticize the practice for its unsuitability to the Burkinabè school context, its inconsistency with pedagogy by objective (PPO) in force, and especially its many perverse effects: sloppiness of some teachers, laziness and demotivation of students. Repetition is the consequence of school failure. The automatic promotion of students as currently practiced in Burkina Faso undeniably reduces repetition without solving the thorny issue of academic failure which remains at high levels. Keywords: repetition, automatic promotion, educational policy, school failure.en
dc.format.extent1 ressource en ligne (xi, 125 pages)-
dc.languagefre-
dc.subject.classificationLB 5.5 UL 2019-
dc.titlePromotion automatique des élèves dans l'enseignement primaire au Burkina Fasoh : efficacités interne et pédagogique, attitude des enseignants à l'égard de la réformefr_CA
dc.typeCOAR1_1::Texte::Thèse::Mémoire de maîtrisefr
dc.date.updated2019-08-26T23:01:35Z-
dc.subject.rvmÉchec scolaire -- Burkina Fasofr_CA
dc.subject.rvmÉducation -- Politique gouvernementale -- Burkina Fasofr_CA
dc.subject.rvmRedoublement de classes -- Burkina Fasofr_CA
dc.subject.rvmPromotion (Éducation)zBurkina Fasofr_CA
dcterms.publisher.locationQuébec-
dc.identifier.bacTC-QQLA-34545-
bul.identifier.controlNumbera2966796-
bul.identifier.lot20190710-
etdms.degree.nameMémoire. Sciences de l'éducationfr_CA
etdms.degree.nameMémoire. Administration et politiques de l'éducationfr_CA
etdms.degree.grantorUniversité Lavalfr_CA
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
Description SizeFormat 
34545.pdf2.78 MBAdobe PDFThumbnail
View/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.