Rapports au territoire et au patrimoine dans un contexte d'après-guerre : tourisme de retour d'expulsés allemands

DC FieldValueLanguage
dc.contributor.advisorSaidi, Habib-
dc.contributor.authorBierwerth, Gesa-
dc.coverage.spatialPrusse orientalefr_CA
dc.coverage.temporal20e sièclefr_CA
dc.date.accessioned2019-04-12T23:02:01Z-
dc.date.available2019-04-12T23:02:01Z-
dc.date.issued2019-
dc.identifier.other34830-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/34427-
dc.description.abstractCette recherche porte sur les rapports au territoire et au patrimoine d’expulsés allemands de la Seconde Guerre mondiale et de leurs descendants. Elle étudie ces rapports dans un contexte de déplacements de frontières et de populations, de tensions de l’après-guerre et de développements plus récents au sein et entre l’Allemagne et les pays de l’Europe centrale et orientale. La recherche se penche tout particulièrement sur le phénomène de retour touristique des expulsés allemands vers leurs lieux d’origine situés en Europe de l’Est. Elle prend appui sur des enquêtes ethnologiques menées auprès de groupes de touristes dont les lieux d’origine et la destination touristique sont la Prusse orientale, une ancienne province allemande. La Prusse orientale fait partie des territoires cédés par l’Allemagne en 1945. Ses habitants allemands prennent la fuite ou sont expulsés. La province est dès lors partagée entre la Pologne, la Russie et la Lituanie. Les nouvelles populations qui s’y installent se trouvent du jour au lendemain héritières du patrimoine de l’ennemi dont la gestion s’avère difficile. Pour les anciens habitants allemands, les lieux d’origine sont inaccessibles durant la guerre froide et le patrimoine allemand disparaît littéralement derrière le rideau de fer. Or, grâce à l’effondrement du Bloc de l’Est à partir de 1989, ces territoires deviennent à nouveau accessibles. Dès lors, les expulsés partent à titre de touristes pour revisiter leurs lieux d’origine. Ils entreprennent des voyages organisés dans le but de retrouver leurs maisons d’enfance et de découvrir un territoire et un patrimoine somme toute peu connus. De fait, la découverte de sites patrimoniaux est au cœur de ces voyages guidés. L’objectif de la thèse est de cerner dans quelle mesure l’expérience touristique patrimoniale transforme le rapport au passé, au territoire et au patrimoine des expulsés ainsi que de leurs enfants et petits-enfants. L’analyse se penche notamment sur l’interprétation du patrimoine par les guides et son influence sur les touristes. Les guides opèrent une patrimonialisation par le bas et établissent une filiation directe entre les touristes et les personnes ayant bâti le territoire au cours des siècles. Ainsi, ils contribuent à forger de nouvelles représentations du passé chez les touristes, au-delà des biographies personnelles. Le tourisme de retour et la découverte du patrimoine élargissent le territoire d’identification, à savoir de la maison d’enfance vers le territoire visité. La dimension collective du rapport des expulsés au passé, au patrimoine et à la patrie s’en trouve finalement renforcée. Le tourisme de retour déploie des effets positifs sur plusieurs plans. Il engendre notamment un cheminement réflexif chez les touristes dont résulte une disposition à la réconciliation avec les habitants actuels de l’ancienne Prusse orientale et dont profite aussi le patrimoine.fr
dc.description.abstractThis dissertation deals with the personal links of German expellees of the Second Word War and their descendants with the territory concerned and its cultural heritage. These links are examined in the context of shifts of borders and populations, post-war tensions and more recent developments in and between Germany and the States of East-Central Europe. This study focuses on the return of the German expellees as tourists to their places of origin in Eastern Europe. It is based on ethnological research in tourist groups whose place of origin and travel destination is East Prussia, a former German province. East Prussia is one of the territories lost by Germany in 1945. The German inhabitants of the region flee or are expelled. Henceforth, the province is divided into a Polish, a Russian and a Lithuanian part. The new populations suddenly emerge as the heirs to their enemy’s cultural heritage whose administration turns out to be problematic. During the Cold War the places of origin remain inaccessible to the former German inhabitants and the German cultural heritage literally disappears behind the Iron Curtain. Due to the collapse of the Eastern bloc starting in 1989, these territories become accessible again. Since then expellees have been travelling to their places of origin as tourists. They undertake organised tours in order to find their childhood homes and to discover the area as well as its cultural heritage about which they generally know rather little. In fact, the discovery of cultural heritage sites is central to the guided trips. It is the aim of this dissertation to examine in what way the experience of tourism in combination with cultural heritage affects the relationship of the expellees as well as their children and grandchildren with the past, the territory and its cultural heritage. In particular, the analysis focuses on the interpretation of the cultural heritage by the guides and its effect on tourists. The guides perform a heritagization “from below” and illustrate the direct lineage between the tourists and the people who cultivated the land in the course of the centuries. Hence, they contribute to the creation of new representations of the past for the tourists beyond their personal biographies. Homesickness tourism extends the territory of identification, namely from the childhood home to the area visited. At last, the collective dimension of the relationship of the expellees with the past, the cultural heritage and the homeland is reinforced. Homesickness tourism is positive in several aspects. It engenders a process of reflexion which leads to a disposition towards reconciliation with the present inhabitants of East Prussia, which is also beneficial for the cultural heritage.en
dc.format.extent1 ressource en ligne (xviii, 336 pages)-
dc.languagefre-
dc.subject.classificationGN 3.5 UL 2019-
dc.titleRapports au territoire et au patrimoine dans un contexte d'après-guerre : tourisme de retour d'expulsés allemandsfr_CA
dc.typeCOAR1_1::Texte::Thèse::Thèse de doctoratfr
dc.date.updated2019-04-12T23:02:01Z-
dc.subject.rvmTourisme culturel -- Prusse orientalefr_CA
dc.subject.rvmGuerre mondiale, 1939-1945 -- Déportés allemands -- Prusse orientalefr_CA
dc.subject.rvmAttachement à un lieu -- Prusse orientale -- Histoire -- 20e sièclefr_CA
dc.subject.rvmInterprétation du patrimoine -- Prusse orientalefr_CA
dc.subject.rvmMémoire collective -- Prusse orientalefr_CA
dcterms.publisher.locationQuébec-
dc.identifier.bacTC-QQLA-34830-
bul.identifier.controlNumber1132089538-
bul.identifier.lot20190325-
etdms.degree.nameThèse. Ethnologiefr_CA
etdms.degree.grantorUniversité Lavalfr_CA
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
Description SizeFormat 
34830.pdf13.13 MBAdobe PDFThumbnail
View/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.