Préparation de sources solides de mercure radioactif

Authors: Grossoleil, Jacques
Advisor: Roy, Jean-Claude
Abstract: Il est bien connu des radiochimistes que, lors de la préparation de sources solides de mercure radioactif, des pertes d'activité peuvent survenir ; d'après quelques auteurs la précipitation du mercure sous forme de sulfure est à peu près la seule méthode pour éliminer ces pertes d'activité. Comme aucune étude systématique n'a été faite soit pour évaluer ces pertes sous différentes conditions expérimentales, soit pour préciser les conditions optimales de précipitation rapide et complète du mercure en sulfure, nous nous sommes intéressés â ces problèmes. En nous servant du Hg 203 comme traceur, nous avons étudié le comportement de solutions de nitrate mercurique dissout dans l'acide nitrique et de solutions de chlorure mercurique dissout dans l'acide chlorhydrique pendant toutes les étapes de la préparation des sources, c'est à dire pendant le séchage et après le séchage. Nous nous sommes aussi intéressés à la précipitation de ces solutions par divers sulfures, en essayant de dégager les principaux paramètres mis en jeu; nous avons enfin recherché si les sources solides de HgS ne présentaient pas de pertes d'activité. Nous avons toujours procédé de la même façon. Sur des films plastiques très minces et métallisés (d'épaisseur de l'ordre de 30 μg/cm²) nous avons déposé une goutte de solution radioactive de masse connue (de 10 à 200 mg). Le taux de comptage est pris initialement à la fin du séchage et après le séchage. Nous avons pu ainsi calculer les pertes relatives d'activité. Nous avons fait les observations suivantes : 1⁰) Les solutions de nitrate mercurique et d'acide nitrique évaporées à l'air présentent des pertes d'activité importantes pendant et après le séchage. Ce phénomène est d'ailleurs exalté en augmentant la température de la source en la plaçant sous une lampe infrarouge. 2⁰) Les solutions de chlorure mercurique et de l'acide nitrique séchées à l'air ne présentent pas de pertes d'activité au séchage et des pertes importantes une fois la goutte séchée. 3⁰) Des pertes de 0 à 4% surviennent au cours de la précipitation du nitrate mercurique par H₂S gaz. Diverses méthodes et divers sulfures ont été alors étudiés. On a observé que les pertes étaient minimales lorsqu'on ajoute successivement à une goutte de NaHS en solution aqueuse, une goutte de nitrate mercurique et une goutte de NaHS dans les conditions suivantes : - concentration initiale en acide, environ 0.1 M - rapport des concentrations en NaHS et Hg(NO₃)₂, de 1 à 2 - quantité de Hg, de 1 à 2 μg. 4⁰) On n'a pas noté de pertes d'activité durant la précipitation par H₂S gaz de solutions de chlorure mercurique. Notre étude des sources solides de sulfure mercurique ainsi obtenues a montré que: - des pertes faibles survenaient pour des sources abandonnées à l’air - des pertes assez importantes se produisaient pour des sources placées sous une lampe infrarouge - seules les sources conservées dans des boîtes métalliques de faible volume ne présentaient pas de pertes. Nous pensons que cette méthode est recommandable en prenant les précautions citées ci-dessus.
Reproduction Note: Montréal Trigonix inc. 2018
Document Type: Mémoire de maîtrise
Issue Date: 1969
Open Access Date: 21 February 2019
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/33722
Grantor: Université Laval
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
SizeFormat 
01340.pdf2.78 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.