Usages politiques des médias sociaux et du WEB 2.0 : le cas des partis politiques provinciaux québécois

DC FieldValueLanguage
dc.contributor.advisorGiasson, Thierry-
dc.contributor.authorVerville, Mélanie-
dc.coverage.spatialQuébec (Province)fr_CA
dc.date.accessioned2018-04-19T20:30:27Z-
dc.date.available2018-04-19T20:30:27Z-
dc.date.issued2012-
dc.identifier.other29467-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/23716-
dc.description.abstractLes médias sociaux et les applications diverses du Web 2.0 proposent de nouvelles façons de communiquer pour les organisations politiques désireuses d’entretenir des liens avec leurs divers publics. Au Québec, les partis politiques provinciaux commencent peu à peu à investir cette nouvelle sphère médiatique et à intégrer les médias sociaux dans leurs stratégies de communication. Dans un contexte de malaise démocratique, le web offre plusieurs potentialités, notamment pour revitaliser le lien de confiance avec les citoyens, mobiliser l’électorat et susciter sa participation. Il en revient cependant aux partis politiques de miser sur ces fonctionnalités. En procédant à une analyse de contenu d’un échantillon de 60 sites Web, comptes Facebook et Twitter des cinq principaux partis politiques provinciaux québécois, nous tentons de déterminer si ces organisations utilisent le Web et les médias sociaux de façon à favoriser l’engagement et la participation politique des citoyens. Nous proposons d’abord qu’un parti de gouverne tendra davantage vers une approche marketing de l’usage des médias sociaux alors qu’un parti d’opposition ou un tiers parti favorisera l’approche citoyenne. Nous avançons également qu’un parti d’électeurs tendra davantage vers l’approche marketing alors qu’un parti de militants favorisera l’approche citoyenne. Les résultats démontrent que tous les partis, peu importe leur position de pouvoir ou leur culture organisationnelle, adoptent majoritairement l’approche marketing. La position de pouvoir et la culture organisationnelle ont cependant une incidence minime, les partis d’opposition, tiers partis et partis de militants étant, de façon générale, ceux accordant une plus grande part de leur usage à l’approche citoyenne.fr_CA
dc.format.extent185 p.-
dc.languagefre-
dc.subject.classificationP 90.5 UL 2012-
dc.titleUsages politiques des médias sociaux et du WEB 2.0 : le cas des partis politiques provinciaux québécoisfr_CA
dc.typeCOAR1_1::Texte::Thèse::Mémoire de maîtrisefr
dc.date.updated2018-04-19T20:30:27Z-
dc.subject.rvmPartis politiques -- Québec (Province)fr_CA
dc.subject.rvmMarketing politique -- Québec (Province)fr_CA
dc.subject.rvmMédias sociaux -- Aspect politique -- Québec (Province)fr_CA
dc.subject.rvmPartis politiques dans les médiasfr_CA
dcterms.publisher.locationQuébec-
dc.identifier.bacTC-QQLA-29467-
bul.identifier.controlNumber1132062170-
etdms.degree.nameMémoire. Communication publiquefr_CA
etdms.degree.grantorUniversité Lavalfr_CA
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
Description SizeFormat 
29467.pdfTexte11.43 MBAdobe PDFThumbnail
View/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.