Essai d'analyse de trois langues polysynthétiques

Authors: Bourcier, André
Advisor: Duffley, Patrick J.Pattee, Joseph
Abstract: Cette thèse explore la réalité sous-jacente à un aphorisme d'Edward Sapir voulant que certaines langues aient des mots plus longs que d'autres et que la longueur des mots est déterminée par le « génie » de ces langues. Cet aphorisme est à l'origine du terme « polysynthétique » que l'on trouve aussi bien en typologie (Sapir 1921) que dans des études plus formelles (Baker 1996). Nous proposons que la définition du terme « polysynthétique » s'appuie sur la variation des champs d'application de la morphologie et de la syntaxe, tant au niveau des unités qu'au niveau des procédés qui permettent la construction des mots dans ces langues. Nous proposons aussi que cette variation s'inscrit dans des limites précises susceptibles d'être modélisées. À partir d'une analyse comparative d'un grand nombre de constructions lexicales et syntaxiques dans trois langues dites polysynthétiques (siglitun, innuaiamûn et gwich'in) appartenant à trois familles linguistiques distinctes (eskaléoute, algonquienne et athabaskane), nous présentons un modèle dynamique qui offre une interprétation plausible de la construction des mots polysynthétiques et de l'évolution du « génie » de ces langues.
Document Type: Thèse de doctorat
Issue Date: 2012
Open Access Date: 18 April 2018
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/23211
Grantor: Université Laval
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
SizeFormat 
28466.pdf115.9 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.