Journal intime (1879-1900) de Joséphine Marchand : lecture sociocritique d'une écriture féminine

Auteur(s): Bellerive-Bellavance, Marie Pier
Direction de recherche: Beaudet, Marie-Andrée
Résumé: C'est dans la famille bourgeoise du XIXe siècle que s'est instaurée la pratique du journal intime au Québec. Alors que les hommes prennent place dans la sphère publique, l'écriture intime séduit les jeunes filles instruites puisqu'elle leur permet, dans un siècle fort contraignant pour la femme, de s'exprimer et à l'occasion de perfectionner leur talent littéraire. Par bonheur, certains de ces journaux nous sont parvenus, dont le Journal intime de Joséphine Marchand, contemporaine d'Henriette Dessaulles, figure emblématique du journal de jeune fille du XIXe siècle. Phénomène social, le journal intime ne peut être étudié en dehors du contexte socio-historique qui entoure et détermine l'écriture. Fille d'un écrivain, Félix-Gabriel Marchand, qui deviendra premier ministre, et femme du sénateur Raoul Dandurand, Joséphine fait figure de pionnière dans l'histoire sociale du Québec. Le présent mémoire offre une lecture sociocritique de son passionnant journal, tenu entre 1879 et 1900, dont l'une des particularités est de ne pas se clore au moment du mariage, selon la règle observée par les grands théoriciens du genre, Béatrice Didier et Philippe Lejeune, et d'offrir ainsi l'occasion d'observer les importantes transformations que le mariage et l'âge adulte apportent à l'écriture de soi.
Type de document: Mémoire de maîtrise
Date de publication: 2011
Date de la mise en libre accès: 18 avril 2018
Lien permanent: http://hdl.handle.net/20.500.11794/23142
Université décernant le diplôme: Université Laval
Collection :Thèses et mémoires

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
28593.pdfTexte26.71 MBAdobe PDFMiniature
Télécharger
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.