Association entre l'intolérance à l'incertitude et la détresse psychologique chez les femmes ayant un résultat de test génétique BRCA1/2 non concluant

Authors: Badaroudine, Fanny
Advisor: Dorval, Michel
Abstract: Depuis l'identification des gènes de prédisposition au cancer du sein BRCA1 et BRCA2, les femmes ayant une forte histoire familiale de cancer du sein peuvent avoir recours à un test génétique pour savoir si elles ont un risque accru de développer cette maladie. L'un des principaux motifs des femmes à être testées pour les gènes BRCA1/2 étant de mieux connaître leur risque de cancer, le fait d'obtenir un résultat de test non concluant serait associé à de l'anxiété et à de l'inquiétude. Compte tenu de la nature incertaine d'un résultat non concluant, il est aussi plausible que cette association soit influencée par la capacité des personnes concernées à composer avec cette situation ambiguë et à tolérer l'incertitude qui s'y rattache. Cette étude vise à évaluer l'association entre l'intolérance à l'incertitude et la détresse psychologique de femmes ayant obtenu un résultat de test génétique BRCA1/2 non concluant. Pour ce faire, 142 femmes ayant eu un résultat non concluant ont répondu à des questionnaires auto-administrés évaluant notamment la détresse psychologique au moment du conseil génétique, puis à 1 mois, 1 an et 3 ans après la divulgation du résultat du test BRCA1/2 et l'intolérance à l'incertitude mesurée à 1 mois et à 3 ans. Des analyses de variance à mesures répétées ont été réalisées afin d'évaluer l'effet de l'intolérance à l'incertitude et des antécédents de cancer sur le changement dans les scores de détresse. Pour l'ensemble du groupe, l'évolution de la détresse a été évaluée en fonction de la tolérance à l'incertitude et des antécédents personnels de cancer. Chez les femmes n'ayant jamais eu le cancer, l'évolution de la détresse a été évaluée en fonction de la tolérance à l'incertitude et de la perception de risque. Globalement, les résultats obtenus suggèrent que l'intolérance à l'incertitude n'est pas associée de façon indépendante à la détresse vécue par les femmes ayant un résultat non concluant. Toutefois, les femmes intolérantes à l'incertitude et ayant eu un cancer se démarquent des autres participantes de l'étude par une détresse plus élevée. De plus, pour les femmes non atteintes de cancer, celles étant tolérantes à l'incertitude et ayant une faible perception de risque de cancer démontrent des niveaux de détresse inférieurs aux autres femmes non atteintes. Par ailleurs, on ne remarque dans l'ensemble aucune fluctuation significative des scores de détresse dans le temps. En soi, l'obtention d'un résultat non concluant n'affecte donc ni positivement, ni négativement l'ajustement psychologique des femmes, qu'elles aient un antécédent de cancer ou non. Puisque la majorité des femmes qui sont testées pour les gènes BRCA1/2 reçoivent un résultat non concluant, les résultats de cette étude suggèrent qu'il serait pertinent de tenir compte, dans le cadre du conseil génétique, de la capacité des femmes à tolérer l'incertitude, particulièrement celles ayant déjà fait face à un cancer.
Document Type: Mémoire de maîtrise
Issue Date: 2011
Open Access Date: 18 April 2018
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/22829
Grantor: Université Laval
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
SizeFormat 
28211.pdf21.47 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.