Transferts du phosphore dans les sols de grandes cultures

DC FieldValueLanguage
dc.contributor.advisorParent, Léon-Étienne-
dc.contributor.advisorZiadi, Noura-
dc.contributor.authorMessiga, Aime Jean Nyamsi André-
dc.date.accessioned2018-04-17T21:31:58Z-
dc.date.available2018-04-17T21:31:58Z-
dc.date.issued2010-
dc.identifier.other27850-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/22269-
dc.description.abstractL'amélioration de notre compréhension des mécanismes et processus qui affectent le cycle du phosphore (P) dans les sols de grandes cultures est un préalable au développement de meilleures pratiques de sa gestion. L'objectif général de l'étude a été de déterminer l'effet des pratiques agricoles (travail du sol, fertilisation phosphatée, systèmes de cultures) sur la dynamique du P, particulièrement le P disponible aux plantes, dans les sols de grandes cultures. Nous avons aussi déterminé l'effet des cycles de gel et de dégel sur la disponibilité du P de la couche superficielle du sol, et la distribution du P dans les agrégats dans le semis direct et le labour conventionnel. Deux sites de longue durée, Canadien et Français, ont été utilisés. Le site Canadien est une rotation maïs - soja dans laquelle les facteurs de variation ont été le travail du sol (semis direct, labour conventionnel), les cycles de gel et de dégel et la fertilisation phosphatée. Le site Français est une monoculture de maïs où on a fait varier la fertilisation phosphatée. Dans les deux types de travail du sol, le P du sol disponible aux plantes sous une rotation biannuelle maïs - soja diminue avec le temps pour se stabiliser autour de 30 et 25 mg P kg⁻¹ avec le traitement 0 P dans le semis direct et le labour conventionnel, respectivement. Dans la monoculture de maïs, il y a une relation linéaire stable quelque soit la durée d'expérimentation entre le statut de P et le bilan cumulé. L'évaluation mécaniste et quantitative de la disponibilité du P du sol aux plantes permet de modéliser les variations du statut de P du sol pour les régimes de fertilisation équilibrés. Cette étude a montré que l'augmentation des cycles de gel et de dégel entraîne des niveaux élevés de P extrait à l'eau et la solution Mehlich-3 dans le semis direct amendé de résidus de culture comparé au labour conventionnel. Lorsque le sol est séparé en agrégats stables à l'eau, la teneur en P extrait à l'eau des agrégats sous le semis direct augmente dans l'ordre particule-(limon + argile) < micro- < meso- < macro-agrégats; sous le labour conventionnel, on observe une distribution aléatoire du P extrait à l'eau entre les agrégats stables à l'eau.fr
dc.format.extentxxii, 217 f.-
dc.languagefre-
dc.subject.classificationS 405 UL 2010 M585-
dc.titleTransferts du phosphore dans les sols de grandes culturesfr_CA
dc.typeCOAR1_1::Texte::Thèse::Thèse de doctoratfr
dc.date.updated2018-04-17T21:31:57Z-
dc.subject.rvmCycle du phosphorefr_CA
dc.subject.rvmPhosphore en agriculturefr_CA
dc.subject.rvmSols -- Teneur en phosphorefr_CA
dc.subject.rvmCultures de plein champfr_CA
dc.identifier.bacTC-QQLA-27850-
bul.identifier.controlNumbera2006369-
etdms.degree.nameThèse. Agriculturefr_CA
etdms.degree.nameThèse. Sols et environnementfr_CA
etdms.degree.grantorUniversité Lavalfr_CA
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
SizeFormat 
27850.pdf55.15 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.