Tolérance au gel et architecture des racines en relation avec l'irrigation et la variabilité génétique des plants d'épinette blanche

Auteur(s): Carles, Sylvie
Direction de recherche: Margolis, HankBeaulieu, JeanLamhamedi, Mohammed Sghir
Résumé: L'épinette blanche (ÉPB) (Picea glauca [Moench] Voss) est une des principales essences forestières plantées au Canada. Une croissance racinaire insuffisante est un problème récurrent lors de la production de plants d'ÉPB destinés au reboisement et contribue à la production d'un grand nombre de plants qui ne respectent pas les critères de qualité. Afin d'améliorer notre compréhension de la croissance racinaire et de la physiologie de cette essence, trois expériences ont été menées en pépinières pour mieux cerner les effets de l'irrigation, du gel automnal et de l'origine génétique des semences sur la croissance, la nutrition minérale et la capacité photosynthétique de plants d'ÉPB. En comparant trois régies d'irrigation maintenues constantes pendant la deuxième saison de croissance, il a été démontré qu'il était possible de diminuer les teneurs en eau du substrat sans compromettre ni la croissance ni l'endurcissement des parties aériennes et des racines des plants (2+0). La comparaison de plants (1+0) et (2+0) représentant 75 familles uni-parentales a révélé un contrôle génétique fort aux niveaux familial et individuel de toutes les caractéristiques morphologiques des plants. De plus, selon la relation faible établie entre la variation familiale existant au stade des semences et la variation familiale au stade des plants, la prise en compte des caractéristiques des semences dans l'estimation des héritabilités des caractéristiques des plants (2+0) ne semble pas justifiée. Enfin, la masse sèche des racines étant corrélée génétiquement et positivement avec le diamètre des plants, une sélection indirecte en faveur des racines pourrait être efficacement basée sur le diamètre. Des plants (2+0) produits avec des semences provenant des dix vergers à graines d'ÉPB les plus utilisés au Québec présentaient des différences significatives entre les vergers pour leur hauteur et la masse de leurs parties aériennes, seulement. Les vergers ont été regroupés sur la base des caractéristiques de leurs descendants en deux groupes; les vergers du groupe le plus méridional produisant des plants plus grands avec, proportionnellement, moins de racines. Les résultats de cette thèse contribueront à l'optimisation de certaines pratiques culturales et à une meilleure compréhension des processus complexes qui régissent la croissance racinaire des plants en pépinières.
Type de document: Thèse de doctorat
Date de publication: 2010
Date de la mise en libre accès: 16 avril 2018
Lien permanent: http://hdl.handle.net/20.500.11794/21422
Université décernant le diplôme: Université Laval
Collection :Thèses et mémoires

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
27229.pdfTexte45.24 MBAdobe PDFMiniature
Télécharger
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.