Mise en évidence de molécules effectrices, les flavonoïdes, impliquées dans la régulation croisée des symbioses mycorhizienne arbusculaire et rhizobienne chez Medicago sativa

DC FieldValueLanguage
dc.contributor.advisorPiché, Yves-
dc.contributor.authorCatford, Jean-Guy-
dc.date.accessioned2018-04-16T21:02:54Z-
dc.date.available2018-04-16T21:02:54Z-
dc.date.issued2009-
dc.identifier.other26466-
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/20999-
dc.description.abstractDeux symbioses végétales partagent la même niche écologique, leur hôte, une légumineuse. Ces deux associations mutualistes sont la mycorhize arbusculaire (MA) et la symbiose Rhizobium/légumineuse. Chacune de ces relations symbiotiques, prise individuellement, peuvent contrôler leur propre colonisation par des mécanismes d'autorégulation. Ce contrôle exclusif s'effectue par rétroaction systémique et parviendrait à limiter le coût en carbone pour l'hôte. En vue d'étudier la restriction exercée par une plante hôte sur le degré de colonisation mycorhizienne et rhizobienne, la légumineuse Medicago sativa a été cultivée en chambre bicompartimentée (Split-Roots). Ce dispositif expérimental a permis de séparer en deux parties distinctes le système racinaire de M. sativa. Le but recherché par ces expérimentations était de vérifier à distance l'autorégulation au sein d'une symbiose sur la seconde partie du système racinaire et de mettre en évidence une régulation négative croisée entre deux symbioses différentes. En effet pour la première fois, il est démontré que l'autorégulation systémique n'est pas l'action d'une seule symbiose sur elle-même, mais que par des signaux communs entre les deux symbioses, il existe une régulation négative croisée entre elles. Cette approche permet d'examiner, sous un nouvel angle, la régulation de l'établissement d'une symbiose par une autre symbiose. Dans ces conditions, nos résultats montrent l'existence d'un lien évident de signalisation entre les deux symbioses végétales. Dans le cas précis d'une pré-colonisation de M. sativa par Sinorhizobium meliloti, les facteurs Nod se sont révélés impliqués au niveau de l'autorégulation. Dans cet exemple, les flavonoïdes exsudés par M. sativa sont non seulement reconnus par les Rhizobia mais aussi par le Glomus mosseae. Ces résultats représentent un acquis important pour l'interprétation de la signalisation au niveau de l'autorégulation des deux symbioses à l'étude. Par ailleurs, l'analyse des exsudats racinaires de M. sativa par chromatigraphie liquide à haute performance (HPLC) montre une modification significative du patron des isoflavonoïdes lorsque cette plante est soumise à différents contrôles dérivant d'autorégulations et de régulations négatives croisées. De plus il est loisible d'observer une variation similaire de patrons de flavonoïdes suite à l'application de facteurs Nod. En soi, d'une façon plus exacte, tous ces traitements provoquent une réduction marquée de la formononétine et de l'ononine. Ces deux isoflavonoïdes semblent être d'excellents candidats comme molécules ± signal ¿ dans la régulation à distance pour les deux symbioses végétales. De plus, l'application externe de ces deux isoflavonoïdes peut normalement restaurer la nodulation et la mycorhization. Les flavonoïdes jouent un rôle clef dans la formation de la symbiose MA chez M. sativa. Lors d'expériences avec diverses souches de G. mosseae nous avons cherché à montrer qu'il y avait bien une régularité et une constance dans le patron de flavonoïdes considérés comme molécule signal et cela peu importe les besoins métaboliques divergents associés à ces souches de G. mosseae. Selon cette prémisse nous concluons que leur production n'est pas subordonnée aux besoins métaboliques des souches fongiques. La constance de l'augmentation ou la réduction du patron de ces flavonoïdes pourraient bien être le résultat du rôle de flanovoïdes impliqués pour des mécanismes de signalisations qui accompagnent nécessairement l'établissement de la symbiose MA.fr
dc.format.extentxiv, 81 f.-
dc.languageeng-
dc.subject.classificationSD 121 UL 2009 C359-
dc.titleMise en évidence de molécules effectrices, les flavonoïdes, impliquées dans la régulation croisée des symbioses mycorhizienne arbusculaire et rhizobienne chez Medicago sativaen
dc.typeCOAR1_1::Texte::Thèse::Thèse de doctoratfr
dc.date.updated2018-04-16T21:02:54Z-
dc.subject.rvmSinorhizobium meliloti -- Croissancefr_CA
dc.subject.rvmEndomycorhizes à vésicules et arbusculesfr_CA
dc.subject.rvmCroissance (Plantes) -- Régulationfr_CA
dc.subject.rvmTransduction du signal cellulaire chez les plantesfr_CA
dc.subject.rvmPlantes -- Métabolisme -- Régulationfr_CA
dc.identifier.bacTC-QQLA-26466-
bul.identifier.controlNumbera1880228-
etdms.degree.nameThèse. Géomatiquefr_CA
etdms.degree.grantorUniversité Lavalfr_CA
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
SizeFormat 
26466.pdf21.55 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.