Le joual et les mutations du Québec : la question de la langue dans la définition de l'identité québécoise

Authors: Lafrenière, Alexandre
Advisor: Langlois, Simon
Abstract: Le joual, qu'il soit critiqué ou louangé, fait partie intégrante de l'identité québécoise. Contrairement à ce que l'on a prétendu pendant longtemps, les démêlés autour de la langue parlée n'ont pas commencé avec les Insolences du Frère Untel, en 1960. Déjà, en 1902, naissait la Société du parler français, qui tentait de sensibiliser les Canadiens français à l'usage du bon parler. C'est vraisemblablement à partir de là que s'est enclenché le débat sur la langue parlée au Québec. Le contexte dans lequet la ± querelle du joual¿ s'est mise en branle est important puisqu'il a contribué à forger une toute nouvelle identité chez les Canadiens français, identité qualifiée de québécoise, annonçant ainsi une volonté nette de rompre avec l'identité canadienne-française traditionnelle. Si le parler joual existe encore aujourd'hui, sous différentes formes peut-être, c'est qu'il a possiblement permis à beaucoup de Québécois de ne plus avoir honte de ce qu'ils sont et de s'exprimer à leur façon plutôt que de se taire ou d'accepter de parler une langue qui ne représente pas leur réalité. Le débat reste sensiblement le même d'hier à aujourd'hui, et les ~ommentaires et opinions sur le joual sont encore d'actualité, près d'un demi -siècle après la première sortie du , Frère Untel. TI semble que maintenant plus que jamais, s'attaquer au joual, c'est s'attaquer à l'élément le plus fondamental de l'identité québécoise
Document Type: Mémoire de maîtrise
Issue Date: 2008
Open Access Date: 13 April 2018
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/20498
Grantor: Université Laval
Collection:Thèses et mémoires

Files in this item:
SizeFormat 
25927.pdf9.4 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.