Étude de l’éthique, du dopage et de certaines habitudes de vie chez des sportifs québécois

Authors: Valois, Pierre; Buist, André; Goulet, ClaudeCôté, Mélanie
Abstract: Le but principal de cette recherche est de documenter le phénomène de l’utilisation, par des sportifs québécois, de substances, méthodes et produits dopants pour améliorer leurs performances sportives, et de déterminer les facteurs qui sont associés à un tel comportement. L’échantillon à l’étude est constitué de 3 573 athlètes âgés de 10 à 20 ans provenant soit des équipes du Québec, soit des réseaux civil et scolaire relevant d’organismes reconnus par le Secrétariat au loisir et au sport (SLS). Tous ces sujets ont répondu de façon individuelle ou en groupe au questionnaire auto-administré sur l’utilisation des substances, méthodes et produits dopants et leurs déterminants. Les résultats de l’enquête indiquent que plus de 25 % des répondants reconnaissent avoir fait usage, dans les 12 mois qui ont précédé l’administration du questionnaire, de l’un ou plusieurs des 15 substances, méthodes et produits totalement interdits ou soumis à des restrictions par le Comité international olympique (CIO) qui leur étaient présentés pour améliorer leurs performances sportives. Parmi ces 15 substances, méthodes et produits, ce sont principalement les comprimés de caféine, le médicament décongestionnant Sudafed et les médicaments en inhalateur pour l’asthme qui sont majoritairement utilisés. D’autre part, il ressort des analyses de régression multiple effectuées que l’intention comportementale est le principal prédicteur de l’utilisation ou non de substances, méthodes et produits dopants pour améliorer les performances sportives. Les résultats démontrent également que l’attitude, la norme sociale, les facteurs facilitant l’usage des produits dopants de même que le sentiment d’obligation morale sont associés à l’intention comportementale des athlètes en matière d’usage de produits ergogéniques. Les programmes éducatifs devront donc être conçus de façon à atteindre les objectifs qui suivent. Premièrement, développer chez les athlètes une attitude favorable envers la non-utilisation de substances, méthodes et produits dopants dans les sports en axant l’intervention sur les avantages associés à un tel comportement. Deuxièmement, sensibiliser les proches des athlètes quant aux capacités de ces derniers à réaliser de bonnes performances sportives sans avoir à utiliser de produits dopants. Troisièmement, l’intervention éducative devrait être axée principalement sur le renforcement des capacités psychologiques des athlètes à performer dans les sports en dépit du fait qu’ils peuvent se considérer d’une certaine façon désavantagés parce qu’ils ne prennent pas de produits dopants. Il faut renforcer leur sentiment d’efficacité personnelle au regard de leurs performances sportives. Les athlètes pourront ainsi se sentir capables de ne pas utiliser de produits dopants, et ce, en dépit du fait que cela pourrait nuire à leurs performances sportives. Autrement dit, les athlètes pourront se sentir capables de réaliser de bonnes performances sportives, bien qu’ils n’aient pas eu recours à des produits dopants.
Document Type: Rapport de recherche
Issue Date: 1 January 2002
Open Access Date: 4 April 2018
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/17526
This document was published in: Secrétariat au loisir et au sport Québec
Collection:Rapports de recherche

Files in this item:
SizeFormat 
RapportPreventionDopage.pdf985.2 kBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.