Neighbouring plants and perception of predation risk modulate winter browsing by white-tailed deer (Odocoileus virginianus)

Élément Dublin CoreValeurLangue
dc.contributor.authorChampagne, Émilie-
dc.contributor.authorPerroud, Lucie-
dc.contributor.authorDumont, André-
dc.contributor.authorTremblay, Jean-Pierre-
dc.contributor.authorCôté, Steeve D.-
dc.coverage.spatialQuébec (Province)fr
dc.date.accessioned2018-02-16T13:23:09Z-
dc.date.available9999-12-31-
dc.date.issued2017-09-13-
dc.identifier.issn0008-4301fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/20.500.11794/17121-
dc.description.abstractThe presence of neighbouring plants and predation risk can affect trophic interactions between plants and herbivores. We hypothesized that the relative preference for neighbouring species would determine winter herbivory and that predation risk would modulate browsing pressure. We tested these hypotheses using feeding trials in two regions with high white-tailed deer (Odocoileus virginianus (Zimmermann, 1780)) densities: Outaouais and Anticosti Island (Quebec, Canada). In each, we selected a species of interest and compared browsing rates and time spent foraging with neighbours relatively preferred or avoided. In a subexperiment, we included coyote (Canis latrans Say, 1823) urine to test for threat-sensitive foraging and interactions with neighbour effects. In Outaouais, time spent foraging on the focal species was reduced by the presence of potentially avoided neighbours and deer reduced browsing with increased perceived predation risk. On Anticosti, browsing rates on the focal species increased with avoided neighbours, with no effect of the predator urine. Anticosti deer have been in a predator-free environment for more than 120 years, likely reducing antipredator behaviours. This study demonstrates both neighbour effects and threatsensitive foraging, phenomena that could interact and thus would benefit from being studied together to better represent trophic interactions in natural environments.fr
dc.description.abstractLa présence de plantes compagnes et d’un risque de prédation peut avoir une incidence sur les interactions trophiques entre plantes et herbivores. Nous avons postulé que la préférence relative pour des espèces compagnes déterminerait le comportement herbivore hivernal et que le risque de prédation modulerait le broutement. Nous avons testé ces hypothèses par des tests d’alimentation dans deux régions caractérisées par de fortes densités de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus (Zimmermann, 1780)) : l’Outaouais et l’île d’Anticosti (Québec, Canada). Dans chacune de ces régions, nous avons sélectionné une espèce d’intérêt et comparé les fréquences de broutement et le temps passé à l’approvisionnement à ceux de plantes compagnes préférées ou évitées. Dans le cadre d’une sous-expérience, nous avons inclus de l’urine de coyote (Canis latrans Say, 1823) pour vérifier si l’approvisionnement et les interactions avec les espèces compagnes étaient sensibles au risque de prédation perçu. En Outaouais, la présence d’espèces compagnes potentiellement évitées réduisait le temps passé à brouter l’espèce d’intérêt, et un plus grand risque prédation perçu entraînait une réduction du broutement par les cerfs. Dans l’île d’Anticosti, le broutement de l’espèce d’intérêt augmentait en présence d’espèces compagnes évitées, sans effet de l’urine de prédateur. Les cerfs de l’île d’Anticosti évoluent dans un milieu exempt de prédateurs depuis plus de 120 ans, ce qui a vraisemblablement diminué leurs comportements antiprédateur. L’étude démontre des effets d’espèces compagnes et le fait que l’approvisionnement est sensible au risque de prédation perçu, des phénomènes qui pourraient interagir et devraient donc être étudiés ensemble pour en arriver à une meilleure représentation des interactions trophiques en milieux naturels. [Traduit par la Rédaction]fr
dc.languageengfr
dc.publisherNRC Research Presfr
dc.subjectVigilancefr
dc.subjectAssociational resistancefr
dc.subjectAssociational effectsfr
dc.subjectWhite-tailed deerfr
dc.subjectOdocoileus virginianusfr
dc.subjectRésistance associativefr
dc.subjectEffets associatifsfr
dc.subjectCerf de Virginiefr
dc.titleNeighbouring plants and perception of predation risk modulate winter browsing by white-tailed deer (Odocoileus virginianus)fr
dc.typeCOAR1_1::Texte::Périodique::Revue::Contribution à un journal::Article::Article de recherchefr
dcterms.bibliographicCitationCanadian Journal of Zoology, Vol. 96 (2), 117–125 (2018)fr
dc.identifier.doi10.1139/cjz-2017-0063fr
dc.subject.rvmCerf de Virginie -- Mœurs et comportementfr
dc.subject.rvmCerf de Virginie -- Alimentationfr
dc.subject.rvmInteractions multitrophiques (Écologie)fr
dc.subject.rvmCerf de Virginie -- Effets de la prédation surfr
rioxxterms.versionVersion of Recordfr
rioxxterms.version_of_recordhttps://doi.org/10.1139/cjz-2017-0063fr
rioxxterms.project.funder_nameNatural Sciences and Engineering Research Council of Canadafr
rioxxterms.project.funder_nameEnviroNordfr
rioxxterms.project.funder_nameBureau International de l’Université Lavalfr
rioxxterms.project.funder_nameCentre d’Études Nordiquesfr
rioxxterms.project.funder_nameCanadian Federation of University Womenfr
bul.rights.periodeEmbargoInfinifr
dc.audience.peerreviewOuifr
Collection :Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
2018 Champagne et al. CJZ.pdf
1.24 MBAdobe PDF    Demander une copie
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.