La négociation des choix scolaires, professionnels et familiaux des jeunes mères

Authors: Larue, Andrée; Malenfant, RomaineLazure, GinetteCôté, NancyJetté, Mylène; Beauparlant, Céline
Edited by: Koninck, Maria de
Abstract: Un appel d’offres mené conjointement par le Fonds de Québécois de Recherche sur la Société et la Culture (FQRSC), le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), et le ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) a conduit à la réalisation d’une recherche qualitative ayant pour objectif de mieux comprendre comment certaines jeunes femmes réussissent ou non à poursuivre des études et à envisager une vie professionnelle, malgré une grossesse vécue à l’adolescence et l’arrivée d’un enfant. La recherche a été menée dans trois régions du Québec : l’Outaouais, la Montérégie et la Mauricie-Centre-du-Québec. Au moyen d’entrevues semi-dirigées, nous avons examiné comment se sont développés les projets scolaires, professionnels et familiaux de 48 jeunes femmes, avant et pendant leur grossesse et puis après l’arrivée de leur enfant. Nous nous sommes alors attardées aux conduites qu’elles ont adoptées et aux arbitrages qu’elles ont faits entre les différentes dimensions de leur vie. Nous avons également considéré les négociations qu’elles ont eues avec les personnes qui sont intervenues dans les décisions qui ont marqué l’évolution de leurs projets de vie. L’analyse des résultats a montré que des jeunes filles ayant l’ambition de poursuivre leurs études, décident néanmoins de mener leur grossesse à terme alors qu’elles ont moins de vingt ans; ce qu’elles expliquent généralement par l’importance qu’elles accordent aussi au fait de fonder une famille, et par le fait d’être alors avec un partenaire avec lequel elles prévoyaient avoir un enfant, mais quelques années plus tard. L’analyse a par ailleurs montré que l’importance accordée aux différentes dimensions de leur vie est susceptible de changer au gré de la maternité, et des expériences professionnelles et conjugales. De fait, pour certaines jeunes femmes qui avaient peu d’intérêt pour les études avant leur grossesse, — avaient déjà quitté l’école ou étaient sur le point de le faire —, la combinaison de leur situation de monoparentalité, du fait qu’elles n’aiment pas rester à la maison, et d’expériences de travail qui se sont avérées insatisfaisantes, va accroître considérablement par la suite leur motivation à poursuivre ou à reprendre des études. La période suivant la rupture avec le père de l’enfant peut donc constituer un moment particulièrement important pour offrir aux jeunes femmes le soutien nécessaire à la redéfinition de leurs projets de vie. Aussi, il est apparu que malgré leur jeune âge et les responsabilités associées à la venue d’un enfant, les jeunes femmes qui projettent d’avoir une vie professionnelle, sont convaincues de l’importance d’avoir une formation qualifiante pour obtenir une position intéressante sur le marché du travail, sont portées par un projet scolaire et professionnel réaliste, et qui disposent en plus d’une certaine autonomie, du soutien de leurs proches et de celui des institutions, vont réussir à se maintenir plus longtemps aux études pendant leur grossesse, et vont davantage parvenir à reprendre et à concilier l’ensemble de leurs activités après l’arrivée de l’enfant.
Document Type: Rapport de recherche
Issue Date: 1 July 2008
Open Access Date: 12 February 2018
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/17024
This document was published in: Centre de santé et de services sociaux de l Vieille-Capitale
Collection:Rapports de recherche

All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.