La liberté de tester : évolution et révolution dans les représentations de la doctrine québécoise

Authors: Morin, Christine
Abstract: La doctrine affirme généralement que l’évolution des normes juridiques en matière de liberté de tester dépend de l’évolution des représentations sociales de la famille et du patrimoine dans une société. Dans cet article, l’auteure étudie comment cette évolution s’est traduite dans la doctrine québécoise. L’étude rappelle que la liberté illimitée de tester – une liberté «imposée» par les Anglais – a été largement critiquée par la doctrine parce qu’elle faisait fi de la famille du défunt. L’étude montre cependant comment cette même liberté de tester a d’abord été «encensée» par la doctrine – cette fois-ci, à titre de principe du droit civil québécois – parce qu’elle correspondait à une conception personnelle de l’appartenance du patrimoine.
Document Type: Article de recherche
Issue Date: 1 January 2008
Open Access Date: 2 February 2018
Document version: VoR
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/16852
This document was published in: Revue de droit de l'Université de Sherbrooke, Vol. 38 (2), 339-384 (2007-2008)
https://doi.org/10.17118/11143/11588
Université de Sherbrooke. Faculté de droit
Alternative version: 10.17118/11143/11588
Collection:Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Files in this item:
SizeFormat 
38-2-morin.pdf1.06 MBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.