Le trafic des femmes au Canada : une analyse critique du cadre juridique de l'embauche d'aides familiales immigrantes résidantes et de la pratique des promises par correspondance

Authors: Langevin, LouiseBelleau, Marie-Claire
Other Title(s): Trafficking in women in Canada : a critical analysis of the legal framework and mail-order brides
Abstract: Nous analysons le cadre juridique de deux manifestations du trafic des femmes, soit l’embauche d’aides familiales immigrantes résidantes et la pratique des promises par correspondance. Nous définissons le trafic des femmes comme l’exploitation d’une femme, notamment de son travail rémunéré ou non, ou de ses services, avec ou sans son consentement, par une personne ou par un groupe de personnes, dans un rapport de force inégalitaire. Le trafic des femmes, qui se manifeste par l’enlèvement, l’usage de la force, la fraude, la tromperie ou la violence, entraîne des mouvements transfrontaliers de personnes entre pays divisés par une inégalité économique. Ce trafic conduit, entre autres, à l’immigration légale ou illégale de femmes au Canada et porte atteinte aux droits fondamentaux de celles-ci. Malgré l’apparente neutralité du droit qui régit ces situations, nous optons pour un cadre théorique féministe, puisque notre recherche s’intéresse au sort des femmes qui font l’objet de ces types de trafic. De plus, nous adoptons une approche intersectionnelle qui tient compte de l’interrelation entre les identités ethniques, religieuses et culturelles des femmes qui subissent ces formes d’exploitation.
Document Type: Projet de recherche
Issue Date: 1 January 2000
Open Access Date: Restricted access
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/16824
This document was published in: Condition féminine Canada, Recherche en matière de politiques
Collection:Rapports de recherche

Files in this item:
Description SizeFormat 
Le trafic des femmes au Canada.pdf
1.86 MBAdobe PDF
Trafficking in Women in Canada.pdf
1.46 MBAdobe PDF
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.