Le cadre juridique du paiement par carte de crédit et les moyens de défense du titulaire

Auteur(s): Cumyn, MichelleLalancette, Lina
Résumé: Le paiement par carte de crédit est une opération soit tripartite, soit quadripartite. Pour en rendre compte adéquatement, il importe de travailler à partir du modèle plus complexe qui est celui de la carte quadripartite. Celuici met en présence quatre acteurs principaux, soit le titulaire, le commerçant, l'institution financière du commerçant et l'institution financière émettrice. Trois des quatre rapports d'obligation intervenant entre ces parties font l'objet de notre étude : l'obligation initiale du titulaire de payer une somme d'argent au commerçant et celles, qui lui sont substituées, du titulaire de payer cette somme à l'institution financière émettrice et de l'institution financière du commerçant de payer ce dernier C'est la manipulation de la carte qui opère le remplacement de la première dette par les deux autres. Le titulaire est immédiatement libéré envers le commerçant, car ce dernier bénéficie dès lors d'une garantie de paiement. Parmi les qualifications généralement proposées du paiement par carte de crédit (mandat, subrogation légale, cession de créance, délégation et novation), c'est la qualification de novation qui doit être retenue. En vertu du droit commun, le titulaire peut invoquer à l'encontre de l'institution financière émettrice soit l'invalidité du paiement, soit la nullité absolue ou relative du contrat conclu avec le commerçant. Le titulaire consommateur bénéficie d'une protection additionnelle en vertu des articles 118 à 130 de la Loi sur la protection du consommateur. Les articles 103 et 116 L.p.c, pour leur part, ne s'appliquent pas au paiement par carte de crédit À la différence du Québec, plusieurs pays, comme les États-Unis et le Royaume-Uni, accordent depuis de nombreuses années au titulaire consommateur la possibilité de faire valoir contre l'institution financière émettrice des moyens de défense issus de son contrat avec le commerçant, ce qui semble aller à l'encontre de l'opinion selon laquelle une telle mesure constituerait un fardeau trop lourd pour les institutions financières. Les institutions financières canadiennes acceptent d'ailleurs le plus souvent de donner suite à une contestation qui leur est présentée par un titulaire insatisfait d'un bien ou d'un service acquis avec sa carte de crédit L'adoption d'un cadre légal présenterait l'avantage de cristalliser cette procédure actuellement appliquée sur une base discrétionnaire, et dont seuls les titulaires très bien informés sont susceptibles de tirer profit.
Type de document: Article de recherche
Date de publication: 1 janvier 2005
Date de la mise en libre accès: 11 avril 2017
Version du document: VoR
Lien permanent: http://hdl.handle.net/20.500.11794/13580
Ce document a été publié dans: Revue générale de droit, Vol. 35 (1), 5–60 (2005)
https://doi.org/10.7202/043908ar
Section de droit civil de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa
Autre version disponible: 10.7202/043908ar
Collection :Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Fichier(s) :
Description TailleFormat 
Cumyn-2005-Revue-generale-droit.pdf8.09 MBAdobe PDFMiniature
Télécharger
Tous les documents dans CorpusUL sont protégés par la Loi sur le droit d'auteur du Canada.