La classification des catégories juridiques en droit comparé : métaphores taxonomiques

Authors: Cumyn, Michelle
Abstract: La classification des catégories juridiques a suscité ces dernières années un intérêt renouvelé, à la suite des déclarations controversées du professeur Peter Birks, qui a insisté sur l’importance de la « taxonomie juridique » et sur la nécessité de procéder à une grande entreprise de systématisation du droit privé britannique. En réponse à ces déclarations, le professeur Geoffrey Samuel a critiqué l’emploi de métaphores taxonomiques, estimant que le droit ne doit pas prendre pour modèle les sciences naturelles et que toute analogie avec la classification des êtres vivants ne peut qu’être trompeuse. Après avoir proposé une définition commune des catégories juridiques, l’auteure décrit les manières différentes dont elles sont classifiées en droit civil et en common law. Les civilistes ont de leurs catégories une représentation fixe ; elles s’ordonnancent suivant une structure hiérarchique allant des catégories les plus générales aux plus spécifiques. Pour les common lawyers, les catégories juridiques s’enchaînent au sein d’une structure évolutive qui s’apparente à une généalogie. En taxonomie, on retrouve également deux approches fondamentalement différentes de la classification des espèces, l’approche phénétique et l’approche phylogénique ou phylogénétique. La première évoque le mode de classification qui domine en droit civil, tandis que la seconde rappelle celui qui tend à prévaloir en common law.
Document Type: Article de recherche
Issue Date: 1 September 2008
Open Access Date: 25 January 2017
Document version: VoR
Permalink: http://hdl.handle.net/20.500.11794/13314
This document was published in: Revue du Notariat, Vol. 110 (2), 1-36 (2008)
Chambre des notaires du Québec
Collection:Articles publiés dans des revues avec comité de lecture

Files in this item:
SizeFormat 
Cumyn-2009-Revue-Notariat.pdf211.59 kBAdobe PDFView/Open
All documents in CorpusUL are protected by Copyright Act of Canada.