Publication :
L'appropriation d'une question socialement vive environnementale portant sur l'exploitation de l'uranium par des enseignantes et enseignants de sciences de la vie et de la terre du secondaire au Gabon : rapport à l'expertise scientifique et aux sciences, dispositions à l'enseignement

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2015
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Cette thèse vise à documenter le rapport à l’expertise scientifique et aux sciences d’enseignantes et enseignants de sciences de la vie et de la terre (SVT) du secondaire au Gabon placés en situation d’analyse d’une question socialement vive environnementale (QSVE) mobilisant des experts scientifiques au sujet des conséquences environnementales et sanitaires de l’exploitation de l’uranium au Gabon. Elle s’intéresse également à leurs dispositions à enseigner de telles questions. Dans une perspective socio-épistémologique et didactique, elle s’inscrit en prolongement d’études développées dans le champ des questions socialement vives (QSV) qui invitent à mieux appréhender les enjeux contemporains portant sur l’usage de l’expertise scientifique et sur la prise en charge à l’école des questions de société. Cette thèse mobilise également le cadre théorique du rapport au savoir selon une perspective socio-anthropologique pour interroger la relation de sens des enseignants vis-à-vis des arguments d’experts scientifiques sur une question sensible. Grâce à une analyse thématique des données, la manière dont cinq (5) enseignants (es) se sont approprié cette QSVE durant des entretiens individuels en deux temps (10 entretiens) a été examinée. Le premier entretien a consisté à cerner leurs idées de départ sur la notion d’expertise scientifique et la nature des sciences, sur l’enseignement du thème étudié et sur la question de l’expertise scientifique dans la QSVE étudiée. Le deuxième entretien, plus spécifique, a permis de poursuivre la réflexion à partir d’une cartographie présentant les arguments des principaux experts et acteurs de cette controverse. Les portraits épistémologiques qui se dégagent illustrent que leur rapport à l’expertise scientifique et aux sciences lorsqu’il est contextualisé en fonction d’une question précise tend à valoriser la position de certains experts plutôt que d’autres, tout en mobilisant une conception des sciences plutôt réaliste. En outre, ces derniers bien que disposés dans leur majorité à enseigner les QSVE semblent toutefois relever diverses contraintes (programmes chargés, référents peu nombreux, etc.) ne permettant pas leur prise en charge effective. Ces résultats apportent ainsi un éclairage riche et nuancé sur la manière dont les enseignants face à une QSVE précise se représentent le rôle des experts scientifiques dans la gouvernance des questions sensibles, mais aussi leurs rôles dans la prise en charge scolaire de ces questions.
The purpose of this doctoral thesis is to study Gabonese Science teachers’ relationship to scientific expertise and to sciences in general, when faced with analysing and environmental socio-scientific issue (ESSI) that has galvanized the scientific community, such as the health and environmental consequences of mining uranium in Gabon. This study also seeks to discover how inclined Gabonese science teachers teach such issues. From a didactic and socio-epistemological perspective, this study follows on from previous research on socio-scientific issues (SSI), which seek to gain insights into contemporary issues on the various uses of scientific expertise and how societal issues are being approached at school. The theoretical framework of this thesis also uses a socio-anthropologic perspective on the relationship to knowledge in order to examine teachers’ conceptions of scientific experts’ positions on a particular controversial issue. A thematic analysis of qualitative data was used to study how five (5) teachers approached the ESSI provided during the two-part one-on-one interviews (for a total of 10 interviews). The first interview consisted of identifying the teachers’ initial conceptions of scientific expertise, the teaching of the theme being studied and the scientific expertise invested in the ESSI being studied. The second interview enabled the research to continue on the basis of mapping the various positions of the main experts and key players in this controversy. The resulting epistemological profiles revealed that, whenever the teachers were asked to describe their relationship to scientific expertise and the sciences in the context of a specific issue, they tended to value the position of certain experts rather than others, all the while assuming a more realistic view of sciences. Moreover, although the great majority of these teachers were readily willing to teach the ESSI, they however seemed to fall under various constraints (busy schedules, lack of resources…) that kept them from developing an effective approach for teaching them. In this way the results from the research were able to shed a rich and nuanced light on how teachers, when faced with having to teach a particular ESSI, were able to better grasp the role of scientific experts in governing how controversial issues are presented in society, as well as their own role in teaching ESSI.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat