Publication :
Déterminants cognitivo-comportementaux de l'ajustement psychologique chez les anciens combattants canadiens présentant des symptômes post-traumatiques

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2018
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Depuis les années 1990, la présence militaire canadienne sur la scène internationale a augmenté considérablement. Ainsi, les membres des forces armées canadiennes ont été soumis à un stress opérationnel accru, les rendant vulnérables au développement du trouble de stress posttraumatique (TSPT). Bien que des écrits scientifiques identifient les processus cognitifs et les stratégies d’adaptation comme de robustes prédicteurs des symptômes post-traumatiques, ces résultats n’ont pas été répliqués auprès d’une population militaire canadienne. Qui plus est, il n’existe pas, à ce jour, de consensus quant à l’impact respectif des cognitions relatives à l’autoaccusation sur l’ajustement psychologique des individus exposés à un événement traumatique. Pour pallier à ces lacunes, une étude transversale effectuée à deux reprises visant à évaluer (temps 1) et vérifier (temps 2) la valeur explicative des cognitions post-traumatiques et des stratégies d’adaptation sur deux indicateurs de la santé mentale de 87 Anciens Combattants canadiens (ACC) présentant des symptômes post-traumatiques a été réalisée. Les cognitions posttraumatiques relatives au soi et au monde, les cognitions associées à la culpabilité posttraumatique (transgressions morales) ainsi que la réalisation d’un traitement psychologique permettent de prédire la sévérité post-traumatique au temps 1. Seule la contribution des cognitions associées au soi et au monde a été vérifiée au temps 2. Concernant la prédiction de la perception de la qualité de vie, l’apport des cognitions post-traumatiques portant sur le soi et des cognitions associées à la culpabilité (transgressions morales) au temps 1 était significatif. Ces résultats ont été vérifiés au temps 2, à quoi se sont ajoutées les stratégies d’adaptation centrées sur la réévaluation positive/résolution de problème. Ces résultats auprès d’ACC abondent dans le même sens que ceux d’écrits précédents. De plus, ils suggèrent que l’absence de consensus dans la littérature sur l’impact de l’auto-accusation pourrait résulter d’une pathologie distincte et mettent en lumière l’importance de considérer les interventions ciblant les croyances morales.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat