Publication :
S'approprier les technologies numériques : étude des dynamiques, des pratiques et des usages du Web de quatre associations environnementales québécoises

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2015
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Cette thèse porte sur l’appropriation des technologies numériques par les acteurs sociaux de la société civile québécoise dans le contexte du Nouveau Management public (NMP). S’appuyant sur quatre études de cas d’associations œuvrant dans le secteur de l’environnement (le Conseil régional de l’environnement de Montréal : CREMTL, ENvironnement JEUnesse : ENJEU, Équiterre et Nature Québec), la recherche interroge, décrit et analyse, dans une perspective critique au sens foucaldien, le processus d’appropriation (au sens de « mise en usage ») d’Internet, en l’occurrence de la technologie Web. Cette étude multi-méthodes combinant un questionnaire en ligne, une analyse structurale de la technologie Web et des entrevues directives individuelles avec les représentants associatifs et porteurs de la technologie Web confirme l’idée selon laquelle l’appropriation des technologies numériques dépend moins des potentialités techniques « intrinsèques » d’Internet et du Web que du sens et des « significations d’usage » qu’y construisent les usagers. En ce sens, l’appropriation de la technologie Web par les associations environnementales étudiées procède d’un processus de construction négociée des usages. Les résultats révèlent l’existence de différences significatives dans les modes d’appropriation des quatre associations. Elles apparaissent liées à la mission de l’association, aux rapports sociaux de travail (structures hiérarchiques, rapports de pouvoir et mode de gestion) et au capital social en tant qu’ensemble des relations en réseau « porteuses de ressources ». Ces différences sont considérées comme des catégories d’analyse d’appropriation des technologies numériques par les groupes associatifs en environnement. L’analyse montre le rôle peu important, d'une part, des attentes des usagers (membres) vis-à-vis des technologies Web (sites) des associations environnementales et d'autre part, de la « créativité » et des pratiques des « porteurs des sites » (webmestres, agents et chargés de communication, administrateurs et dirigeants) dans les modes d’appropriation différenciés de ces associations.
This thesis examines the appropriation of digital technologies by Québec civil society organizations (CSOs) in the context of the New Public Management (NPM). Based on study of four environmental groups (Conseil régional de l’environnement de Montréal : CREMTL, ENvironnement JEUnesse : ENJEU, Équiterre and Nature Québec), the research involved at first an on-line questionnaire, then a structural analysis of the web technology pages launched by this groups, and finally in-depth interviews with representatives of these associations, in order to describe, examine and analyze under a critical perspective, in the foucaldian sense, the process of appropriation of the Internet and Web technology. The main findings show that the appropriation of the digital technologies depends less on « intrinsic » technical potentialities of the Internet and Web than on the sense (meanings of uses) which allowed it the users. In this sense, the appropriation of Web technology by environmental associations stems from a process of negotiated construction uses. The differences noticed in the process of appropriation of the Internet and Web technology by these environmental associations, according to the mission of the association, the working social relationships (mainly to the hierarchical structures, the reports of power, the strategic management method) and of their share social capital as together relations in network « carriers of resources », are considered as categories of analysis of appropriation of the digital technologies by the associative groups of the civil society towards certain social problems, in particular those related to the environment, and to the underlying interests. Similarly, the findings of this study show, in the cases being examined, the small role on the one hand, of the expectations of the organizations’ members related to web technology; and, on the other hand, of the « creativity » and practices of the « holders » of Web sites (webmasters, agents and communication officers, directors and officers, etc.) in differentiated methods of appropriation of these associations.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat