Publication :
Hyperprolactinémie en fin de gestation : effets sur le développement mammaire des cochettes

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2020
Direction de publication
Direction de recherche
Farmer, Chantal
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
La production laitière de la truie est très importante pour la croissance des porcelets et dépend du développement de la glande mammaire. Celle-ci se déroule à trois moments au cours de la vie de la truie, dont lors du dernier trimestre de gestation. À ce moment, plusieurs facteurs peuvent influencer la mammogenèse. Parmi les facteurs hormonaux, la prolactine est très importante pour le développement mammaire à cette période. L’hyperprolactinémie, soit une concentration en prolactine circulante supra-physiologique, des jours 90 à 97 de la gestation, permet d’augmenter la production laitière des truies. Toutefois, l’effet de cette augmentation sur la quantité ou la composition du parenchyme n’est pas connu. Le projet de recherche visait donc à étudier l’effet de l’hyperprolactinémie causée par la dompéridone, donnée soit des jours 90 à 97 ou des jours 90 à 110 de gestation, sur le développement mammaire à la fin de la gestation. Les résultats obtenus sont inattendus, puisque l’hyperprolactinémie a plutôt un impact négatif sur le développement mammaire chez les cochettes traitées pendant 20 jours. Les quantités totales d’ADN, d’ARN et de protéines ont diminué indiquant une baisse du nombre et de l’activité des cellules mammaires. Les cochettes traitées à la dompéridone 20 jours ont une concentration en lactose circulant plus élevée au jour 110 de gestation que celles des autres traitements indiquant un début précoce de la lactogenèse. Cela est aussi corroboré par les résultats histologiques montrant davantage de sécrétion riche en protéines, semblable au colostrum, ainsi que la désorganisation de l’épithélium des alvéoles de la glande mammaire. Cela indiquerait que la glande mammaire, sous l’effet d’une hyperprolactinémie de 20 jours, initie prématurément sa lactogenèse. En l’absence de porcelets pour retirer les sécrétions lactées, le processus de l’involution serait alors amorcé prématurément.
Piglet’s growth rely on the milk yield of the sow which depends on mammary development. Mammogenesis occurs at three important periods in the sow, one being the last trimester of gestation. At this time, several factors can influence the process. Among the hormonal factors, prolactin is very important for mammary gland development for this period. Hyperprolactinemia, a supra-physiological circulating prolactin concentration, occuring on days 90 to 97 of pregnancy, increases the milk production of sows, but the effect on the quantity or composition of the parenchyma is unknown. The research project aims at a better understanding of the effect of hyperprolactinemia caused by domperidone, given from days 90 to 97 or from days 90 to 110 gestation, on mammary development at the end of gestation. Unexpectedly, hyperprolactinemia has a negative impact on mammogenesis in gilts treated for 20 days. Total amounts of DNA, RNA and proteins decreased, demonstrating a decrease in the number and activity of mammary cells. Sows treated with domperidone for 20 days had higher circulating lactose concentrations on day 110 of gestation than sows on the other treatments indicating an early onset of lactogenesis. This is also corroborated by histological results showing more protein-rich secretions (colostrum-like) as well as disruption of mammary epithelial cells. This would indicate that the mammary gland, under the effect of a hyperprolactinemia for 20 days, initiates prematurely its lactogenesis. In the absence of piglets to remove milk secretions, the process of involution would then be prematurely initiated.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
mémoire de maîtrise