Publication :
Portrait de la polypharmacie chez les aînés québécois entre 2000 et 2016

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2020-10-26
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Institut national de santé publique du Québec
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
En 2016-2017, 45,0 % des Québécois de plus de 65 ans avaient au moins deux maladies chroniques et 27,8 % en avaient trois et plus. Le traitement des maladies chroniques implique souvent l’usage d’un ou plusieurs médicaments. De ce fait, on constate que de plus en plus d’aînés reçoivent de multiples traitements pharmacologiques concomitants. Cet usage simultané de médicaments est nommé polypharmacie. Il n’existe pas de consensus sur la définition de polypharmacie, mais la consommation de cinq ou de dix médicaments sert souvent de seuil pour la caractériser. La polypharmacie peut s’avérer nécessaire pour traiter adéquatement les problèmes de santé de plusieurs aînés. Elle peut également entraîner des problèmes potentiels. En effet, l’usage de plusieurs médicaments augmente le risque d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses et d’interactions médicaments-maladie. Cet usage accroît aussi le risque de cascades médicamenteuses, où l’effet indésirable d’un premier médicament est interprété comme la manifestation d’une nouvelle condition pour laquelle on prescrit un second médicament. La polypharmacie a été associée à de nombreux impacts négatifs sur la santé, comme les hospitalisations accrues, un risque de mortalité plus élevé, les chutes et la fragilité. Il convient ainsi d’effectuer une surveillance de cette condition dans la population. Au Québec, à ce jour, il n’existe pas de résultats permettant de suivre l’évolution de la polypharmacie. Ce feuillet vise à dresser un premier portrait de la polypharmacie chez les aînés au Québec. Spécifiquement, il a pour objectifs : 1) d’estimer la prévalence de la polypharmacie (définie par l’usage de 5, 10 et 15 médicaments et plus) entre 2000 et 2016; 2) de caractériser les disparités liées à l’âge, au sexe, au statut socioéconomique, à la région de résidence et en fonction des maladies chroniques pour l’année financière 2016-2017.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Maladie chronique , Surveillance
Citation
Type de document
rapport de recherche