Publication :
Écrire et lire la langue inuit : choix linguistiques contemporains à Iqaluit et Igloolik, Nunavut

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2010
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Les pratiques de l’écriture à Iqaluit, la capitale du Nunavut, et à Igloolik, une plus petite communauté au nord de la région de Baffin, mettent en scène la gestion quotidienne du bilinguisme chez les locuteurs du nouveau territoire. Depuis l’apprentissage du syllabique jusqu’aux sites de socialisation sur Internet, des expériences individuelles sont présentées et explicitent le contexte et les attitudes linguistiques qui gouvernent les choix de langue en fonction du mode d’expression. Le caractère marginal de l’écriture en langue inuit ressort nettement dans ce portrait des pratiques, quelle que soit la vitalité de la langue à l’oral. Cette restriction sur l’épanouissement de l’inuktitut dans tous les domaines possibles d’utilisation fragilise l’équilibre d’une nécessaire relation de complémentarité avec l’anglais. Une étude de la situation linguistique au Groenland laisse entrevoir une autre réalité, ce qui suscite plusieurs questionnements. La diversité dialectale, l’expérience d’urbanisation, les dynamiques économiques et les mobilisations identitaires influencent les pratiques de l’écriture. Les conséquences quant à l’effort de promotion de la langue inuit en sont tirées. Mots clés : écriture syllabique, Nunavut, langue inuit.
Literacy practices in Iqaluit, the capital of Nunavut, and Igloolik, a smaller community located in the northern Baffin region, illustrate the daily management of bilingualism by the speakers of the new territory. From the learning of syllabics to social networking sites, a large range of individual experiences is discussed. They contextualize linguistic attitudes, which determine language choice according to the mode of expression. The marginality of Inuit language literacy is readily perceived in this portrait of practices, regardless of the vitality that the language may show orally. These limitations on the expansion of Inuktitut, in all possible domains of use, weaken the balance of an unavoidable complementary relationship with English. A study of the linguistic situation in Greenland shows a different reality, which raises several questions. Dialect diversity, lived experiences of urbanization, economical dynamics and identity mobilizations all have an influence on literacy practices. Conclusions are then drawn about the promotion of the Inuit language. Keywords: syllabic literacy, Nunavut, Inuit language.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat