Publication :
Tolérance à l'effort dans la maladie pulmonaire obstructive chronique : mécanismes, méthodologies & implications cliniques

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2010
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
La tolérance à l'effort résulte de l'interaction de paramètres pulmonaires, cardiovasculaires, musculaires et psychologiques; elle ne peut être prédite avec justesse à partir de mesures au repos. Dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), la diminution de la tolérance à l'effort est l'un des symptômes les plus importants et est associé à une mortalité accrue ainsi qu'à une piètre qualité de vie. La mesure de la tolérance à l'effort dans la MPOC peut être influencée par plusieurs facteurs physiologiques, la nature de l'intervention à laquelle est soumise le patient et le choix du test d'effort. Cet ouvrage a comme objectifs d'aborder certains de ces facteurs. Le premier article a démontré que les femmes atteintes de MPOC avaient une tolérance à l'effort, mesurée avec le test d'endurance à charge constante sur ergocycle (CET), inférieure à celle des hommes, et semblaient plus susceptibles à l'hyperinflation dynamique. L'impact de l'obésité en combinaison avec la MPOC a par la suite été étudié; nous avons démontré que les patients MPOC obèses présentaient une susceptibilité similaire à l'hyperinflation dynamique lors d'un CET, qu'ils étaient désavantagés dans leur performance au test de marche de 6 minutes (TM6) et que leurs réponse à la réadaptation pulmonaire n'était pas différente des patients avec un poids normal. Ensuite, nous avons démontré qu'une supplementation antioxydante pouvait potentialiser les effets d'un programme de réadaptation pulmonaire sur la perception de la fatigue. Les deux derniers articles ont adressé l'interprétation des changements induits par la bronchodilatation et la réadaptation pulmonaire. Nous avons déterminé que le CET était plus sensible qu'un TM6 pour détecter les changements induits par la réadaptation pulmonaire. La signification clinique des changements observés au CET a également été établie. De plus, nous avons démontré que les valeurs cliniquement significatives étaient différentes pour le test de marche navette d'endurance selon la nature de l'intervention, soit la bronchodilatation et la réadaptation pulmonaire. En conclusion, plusieurs facteurs intrinsèques (sexe, obésité, stress oxydant) et extrinsèques (choix du test, nature de l'intervention) peuvent influencer le résultat d'une mesure de tolérance à l'effort. Il est donc important de choisir judicieusement l'instrument, en considérant la population cible, les objectifs de l'évaluation et la disponibilité de valeurs cliniquement significatives.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat