Publication :
Évaluer le niveau d'intégrité écologique de la végétation d'un marais : le cas du marais de la Pointe aux Épinettes, parc national du Bic

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2010
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Le parc national du Bic protège depuis 1984 l'un des derniers marais salés de l'estuaire du fleuve Saint-Laurent. Ce marais (31 ha) est souvent considéré comme un écosystème de référence puisqu'il n'a pas été perturbé récemment. Cependant, il y a très peu d'information concernant les perturbations associées aux pratiques agricoles qui ont eu lieu pendant plus d'un siècle en bordure du marais. On ne sait pas si elles ont eu (et ont encore) un impact sur l'intégrité écologique de cet écosystème. L'objectif de cette étude est de comparer la végétation du marais (2008) avec celle qui se trouvait dans l'écosystème avant que les terres adjacentes ne soient cultivées ou pâturées (vers 1850). Un inventaire de la végétation, des analyses paléoécologiques ainsi que des documents historiques (anciens inventaires botaniques, photographies aériennes, actes notariés) ont été utilisés pour reconstituer la végétation du passé. Le niveau d'intégrité écologique de la végétation du marais a été testé à l'aide d'un indice de qualité floristique. Les résultats suggèrent qu'il n'y a pas de différence majeure entre les assemblages végétaux passés et actuels. Le marais résiste, au fil du temps, à l'introduction des plantes exotiques et conserve une végétation représentative des milieux humides. Cependant, les analyses paléoécologiques montrent que les assemblages végétaux en un point précis peuvent changer de façon graduelle ou rapide en réponse aux perturbations naturelles qui influencent ce type d'écosystème (marée, sédimentation, déplacement des glaces, etc.). Le marais salé du parc national du Bic peut être considéré comme un écosystème de référence. Néanmoins, en raison de sa nature dynamique, il ne faut pas percevoir tout changement dans le marais comme un indicateur de perturbations anthropiques.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
mémoire de maîtrise