Publication :
Le rôle du genre sur la relation entre l'exposition à la violence interparentale, les attitudes d'acceptation de la violence, le sentiment d'auto-efficacité et le vécu de violence physique dans les relations amoureuses à l'adolescence

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2018
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Ce mémoire doctoral a pour but d’approfondir les connaissances sur les différences de genre dans la relation entre le vécu de violence physique dans les relations amoureuses à l’adolescence et différents facteurs de risque liés à la transmission intergénérationnelle de ce type de violence. L’impact de l’exposition à la violence interparentale (selon le genre du parent infligeant la violence), des attitudes d’acceptation envers la violence dans les relations amoureuses (selon le genre de l’adolescent infligeant la violence), ainsi que le sentiment d’auto-efficacité pour confier une expérience de violence physique dans les relations amoureuses sera étudié selon le genre. Les données ont été tirées des deux premiers temps de mesure de l’enquête sur les Parcours Amoureux des Jeunes (PAJ), réalisée auprès d’un échantillon représentatif des adolescents fréquentant les établissements scolaires québécois. L’échantillon utilisé comportait 2,564 participants ayant rapporté une relation amoureuse dans les six derniers mois. Des analyses acheminatoires ont été effectuées pour explorer les liens entre l’exposition à la violence interparentale, les attitudes d’acceptation de la violence et le sentiment d’auto-efficacité (mesurés au temps 1) ainsi que le vécu de violence (mesuré au temps 2). L’exposition à la violence interparentale était liée, à travers les attitudes d’acceptation de la violence infligée par les filles, à la victimisation des deux genres et à la perpétration des filles uniquement. Le sentiment d’auto-efficacité pour confier une expérience de violence dans les relations amoureuses n’était pas lié à l’exposition à la violence interparentale, ni au vécu de violence pour les deux genres. Les résultats soutiennent en partie la transmission intergénérationnelle de la violence dans les relations amoureuses et soulignent l’importance de cibler les attitudes d’acceptation de la violence surtout pour la violence infligée par les filles, ainsi que d’intervenir auprès des enfants témoins de violence interparentale.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat