Publication :
Infrastructure publique, externalité et croissance économique en Égypte : approche en Équilibre Général Calculable

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2013
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
L’investissement public en infrastructure est un facteur clé pour faire face au ralentissement de l’économie mondiale et stimuler la croissance économique. En général le niveau des infrastructures dans les pays en développement est relativement faible, et l’Égypte souffre de ce symptôme aggravé par une inégalité forte de la distribution de l’investissement public à travers les régions. Cette situation nous a amenés à évaluer le rôle de l’investissement en infrastructure dans la croissance économique et la création d’emploi. La méthode utilisée pour simuler l’impact de ce type d’investissement sur l’économie égyptienne est le modèle d’équilibre général calculable (EGC). La raison primordiale qui nous a incités à utiliser ce type de modèle plutôt que d’autres méthodes est le manque des bases de données historiques longues et fiables de plusieurs indicateurs économiques tels que le PIB, l’investissement, la consommation, les indices des prix, etc. À partir des conclusions de la littérature affirmant que l’augmentation de capital public favorise la croissance économique (Arslanalp et al. 2010; Loayza et Odawara 2010), nous postulons des externalités positives des infrastructures sur la productivité des investissements privés. Un modèle EGC, inspiré du modèle PEP1-1, élaboré par Decaluwé et al. (2009) a été appliqué à l’économie égyptienne afin d’analyser l’impact de l’infrastructure publique sur la croissance. La base empirique principale de notre modèle est la matrice de comptabilité sociale (MCS 2006/2007) construite par l’Institut National de Planification. Nos simulations étudieront les impacts d’un accroissement des investissements publics en infrastructure financés alternativement par le crédit intérieur, les taxes indirectes et l’épargne étrangère. Les résultats obtenus démontrent des effets favorables pour l’économie égyptienne; le PIB est à la hausse, alors que le taux du chômage est à la baisse dans les trois scénarios. Cependant, l’ampleur de ces effets varie d’une simulation à l’autre, avec plus d’impact relevé pour le scénario financé par l’épargne étrangère.
Public investment in infrastructure is a key factor in fighting the global economy’s downturn and for stimulating economic growth. In general, the level of infrastructure in developing countries is relatively low, and Egypt in particular suffers from this symptom worsened by high inequality in the distribution of public investment across regions. This led us to evaluate the role of investment in infrastructure on economic growth and jobs creation. The method used to simulate the impact of such investments on the Egyptian economy is the general equilibrium (CGE) model. The main reason of using this modeling approach instead of using other methods is the lack of historical databases of long and reliable series for the different economic indicators such as GDP, investment, consumption, price indices, etc. Building on the findings of the literature suggesting that the increase in public capital fosters economic growth (Arslanalp et al. 2010; Loayza and Odawara, 2010); we postulate positive externalities of infrastructure on the productivity of private investment. The CGE model, inspired from the standard model PEP1-1 developed by Decaluwé et al. (2009) is applied to the Egyptian economy in order to analyze the impact of public infrastructure on growth. The main empirical basis of our model is the social accounting matrix (SAM 2006/2007) built by the National Institute of Planning. Our simulations analyze the impact of an increase in public investment in infrastructure financed alternatively by domestic credit, indirect taxes and foreign savings. The results show positive effects for the Egyptian economy; the rate of GDP growth rises, while the unemployment rate declines in the three scenarios. However, the magnitude of these effects varies from one simulation to another, with more impact observed for the scenario financed by foreign savings.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
mémoire de maîtrise