Publication :
The role of metalinguistic awareness and of L2 proficiency in positive lexical transfer from English (L2) to German (L3) by French-speaking Quebeckers

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2016
Auteurs
Direction de publication
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Il a été avancé que des apprenants expérimentés développeraient des niveaux élevés de conscience métalinguistique (MLA), ce qui leur faciliterait l'apprentissage de langues subséquentes (p.ex., Singleton & Aronin, 2007). De plus, des chercheurs dans le domaine de l'acquisition des langues tierces insistent sur les influences positives qu'exercent les langues précédemment apprises sur l'apprentissage formel d'une langue étrangère (p.ex., Cenoz & Gorter, 2015), et proposent de délaisser le regard traditionnel qui mettait l'accent sur l'interférence à l'origine des erreurs des apprenants pour opter pour une vision plus large et positive de l'interaction entre les langues. Il a été démontré que la similarité typologique ainsi que la compétence dans la langue source influence tous les types de transfert (p.ex., Ringbom, 1987, 2007). Cependant, le défi méthodologique de déterminer, à la fois l'usage pertinent d'une langue cible en tant que résultat d'une influence translinguistique (p.ex., Falk & Bardel, 2010) et d'établir le rôle crucial de la MLA dans l'activation consciente de mots ou de constructions reliés à travers différentes langues, demeure. La présente étude avait pour but de relever ce double défi en faisant appel à des protocoles oraux (TAPs) pour examiner le transfert positif de l'anglais (L2) vers l'allemand (L3) chez des Québécois francophones après cinq semaines d'enseignement formel de la L3. Les participants ont été soumis à une tâche de traduction développée aux fins de la présente étude. Les 42 items ont été sélectionnés sur la base de jugements de similarité et d'imagibilité ainsi que de fréquence des mots provenant d'une étude de cognats allemands-anglais (Friel & Kennison, 2001). Les participants devaient réfléchir à voix haute pendant qu'ils traduisaient des mots inconnus de l'allemand (L3) vers le français (L1). Le transfert positif a été opérationnalisé par des traductions correctes qui étaient basées sur un cognat anglais. La MLA a été mesurée par le biais du THAM (Test d'habiletés métalinguistiques) (Pinto & El Euch, 2015) ainsi que par l'analyse des TAPs. Les niveaux de compétence en anglais ont été établis sur la base du Michigan Test (Corrigan et al., 1979), tandis que les niveaux d'exposition ainsi que l'intérêt envers la langue et la culture allemandes ont été mesurés à l'aide d'un questionnaire. Une analyse fine des TAPs a révélé de la variabilité inter- et intra-individuelle dans l'activation consciente du vocabulaire en L2, tout en permettant l'identification de niveaux distincts de prise de conscience. Deux modèles indépendants de régressions logistiques ont permis d'identifier les deux dimensions de MLA comme prédicteurs de transfert positif. Le premier modèle, dans lequel le THAM était la mesure exclusive de MLA, a déterminé cette dimension réflexive comme principal prédicteur, suivie de la compétence en anglais, tandis qu'aucune des autres variables indépendantes pouvait prédire le transfert positif de l'anglais. Dans le second modèle, incluant le THAM ainsi que les TAPs comme mesures complémentaires de MLA, la dimension appliquée de MLA, telle que mesurée par les TAPs, était de loin le prédicteur principal, suivie de la dimension réflexive, telle que mesurée par le THAM, tandis que la compétence en anglais ne figurait plus parmi les facteurs ayant une influence significative sur la variable réponse. Bien que la verbalisation puisse avoir influencé la performance dans une certaine mesure, nos observations mettent en évidence la contribution précieuse de données introspectives comme complément aux résultats basés sur des caractéristiques purement linguistiques du transfert. Nos analyses soulignent la complexité des processus métalinguistiques et des stratégies individuelles, ce qui reflète une perspective dynamique du multilinguisme (p.ex., Jessner, 2008).
It has been posited that experienced language learners develop higher levels of metalinguistic awareness (MLA), which, in turn, appears to facilitate the acquisition of subsequent languages (e.g., Singleton & Aronin, 2007). Moreover, researchers in the field of Third Language Acquisition (TLA) emphasize the positive influences of previously acquired languages in foreign language classrooms (e.g., Cenoz & Gorter, 2015), in contrast to the traditional focus on interference-based learner errors in the study of language transfer. Typological similarity and source language proficiency are known to influence transfer processes of any kind (e.g., Ringbom, 1987, 2007). However, it remains a methodological challenge both to identify the felicitous use of a target language feature as an effect of cross-linguistic influence (e.g., Falk & Bardel, 2010) and to clearly determine the role of MLA for the conscious activation of related words or constructions across languages. The present study aimed at meeting this double challenge by using think-aloud protocols (TAPs) to investigate positive lexical transfer from English (L2) to German (L3) by French-speaking Quebeckers (N = 66) after five weeks of formal L3 instruction. Participants completed a translation task consisting of 42 items selected on the basis of similarity and imageability ratings as well as word frequencies (Friel & Kennison, 2001). Participants were asked to think aloud while attempting to translate these largely unknown words from German (L3) into French (L1). Positive transfer was operationalized by correct translations that were related to an English cognate. Levels of MLA were measured by means of the THAM (Test d'habiletés métalinguistiques) (Pinto & El Euch, 2015) and complemented by the analysis of the TAPs. Proficiency levels in English were established by means of the Michigan Test (Corrigan et al., 1979), whereas exposure to the different languages as well as interest in the German language and culture were addressed in a background questionnaire. A fine-grained analysis of the TAPs revealed inter- and intra-individual variability in the conscious activation of related L2 vocabulary while allowing for an identification of distinct levels of awareness. Two independent models of logistic regressions revealed that both dimensions of MLA significantly predicted positive transfer. The first model, which featured the THAM as the exclusive measure of MLA, identified this reflexive dimension as the strongest predictor, followed by English language proficiency, whereas none of the other independent variables predicted positive transfer from English. In the second model, which included both the THAM and the TAPs as complementary measures of MLA, the applied dimension of MLA, as measured by the TAPs, was by far the strongest predictor, followed by the reflexive dimension, measured by the THAM, while English proficiency was no longer a significant predictor. Despite the fact that verbalization may have influenced overall performance to a certain extent, our observations point to the invaluable contribution of introspective data to complement findings based on language-inherent characteristics of crosslinguistic influence. Our analyses highlight the complexity of metalinguistic processes and individual strategies related to learner and context variables, in line with a dynamic view of multilingualism (e.g., Jessner, 2008a).
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat