Publication :
Étude des événements indésirables survenant lors du transport de patients en infarctus du myocarde vers un centre de cardiologie tertiaire

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2018
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Au Québec, les patients subissant un infarctus du myocarde avec élévation du segment ST (IAMEST) pris en charge en milieu préhospitalier sont transportés par des techniciens ambulanciers paramédics (TAP) en soins primaires au département d’urgence le plus près, stabilisés puis escortés par une infirmière ou un médecin vers un centre d’hémodynamie. Dans les régions de Chaudière-Appalaches et de Québec, l’Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d’urgence (UCCSPU) permet de diagnostiquer l’IAMEST à partir de l’ambulance et de dévier sa trajectoire vers un centre d’intervention coronarienne percutanée (ICP), ce qui réduit les délais de traitement. La description complète du programme de télémédecine de l’UCCSPU fait l’objet du premier article inséré dans ce mémoire. Cependant, les gains de temps de transport vers le centre d’hémodynamie sont contrebalancés par le contact prolongé d’un patient à haut risque d’évènements indésirables avec le TAP. Le premier objectif est d’établir une classification des événements indésirables survenant lors du transport ambulancier des patients en IAMEST vers l’Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec (IUCPQ). Le deuxième objectif est d’utiliser cette classification pour déterminer la fréquence des événements indésirables survenant lors du transport de ces patients. Le troisième objectif est de déterminer si le temps de transport a un impact sur la fréquence des événements indésirables. Ces trois objectifs ont été répondus dans une étude rétrospective de 896 patients qui a été soumise au Canadian Journal of Emergency Medicine. La proportion de patients transportés à l’IUCPQ ayant subi un événement clinique majeur et mineur était de 18,5 et 12,2%, respectivement. Aucune association entre le temps de transport et le risque de subir un événement indésirable n’a pu être observée et aucun décès n’a été observé à l’arrivée du centre d’ICP. Les résultats de notre étude ont permis de démontrer que les TAP en soins primaires peuvent identifier des IAMEST probables et effectuer la déviation de l’ambulance vers un centre d’ICP de façon sécuritaire à l’aide d’un soutien médical à distance. La déviation de l’ambulance vers un centre d’ICP est une stratégie qui pourrait être étendue dans d’autres régions canadiennes où l es TAP n’ont pas de formation en soins avancés.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
mémoire de maîtrise