Publication :
Les documents humains : Émile Zola, le journalisme et la littérature (1865-1893)

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2015
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Entre 1865 et 1881, Émile Zola est un journaliste actif à la fois dans la presse parisienne et provinciale ; pendant les dernières années de cette période, il est aussi correspondant pour une revue mensuelle russe, Le Messager de l’Europe. Cette vaste production textuelle constituée au fil de ces seize années de journalisme donne à lire les observations quotidiennes que formule Zola sur la vie culturelle française en usant des multiples ressources génériques de la presse : la chronique, le microrécit, le portrait-carte, le compte rendu parlementaire, l’étude sociale, la notice nécrologique, etc. Cette étude retrace ce parcours journalistique où l’activité littéraire zolienne se fait au contact d’une actualité tantôt immédiate, tantôt très dilatée, et interroge le rapport d’influence que l’on observe entre la presse et le roman zolien. Ce rapport s’opère sur divers aspects de l’œuvre littéraire : discursif (propos tenu sur la presse dans le texte critique, d’escorte ou au cœur de l’univers diégétique), romanesque (présence d’un personnel journalistique dans le roman zolien), thématique (publicité et littérature), poétique (la méthode d’élaboration du roman naturaliste partage des consonances très précises avec celle du reportage), réception littéraire (la critique antinaturaliste reproche au roman zolien d’introduire les procédés de la presse dans la sphère des lettres). L’étude de ces influences révèle que le romancier emprunte aux procédures journalistiques, et plus significativement aux procédures documentaires, certains modes de saisie du réel déterminants dans la composition de l’œuvre romanesque en régime naturaliste. En cela, on peut avancer que les pouvoirs cognitifs de la fiction zolienne procèdent d’un imaginaire de la documentation étroitement lié à celui du journal au XIXe siècle.
From 1865 to 1881, Émile Zola is a journalist both in the Parisian and the provincial press; he also is, during the last years of this period, a correspondent for a Russian monthly magazine, The Messenger of Europe. The vast textual production of those sixteen years of journalism gives access to Zola’s daily observations about French cultural life using the many usual forms of the press : the column, the micro-narrative, the « portrait-carte », the parliamentary account, the social study, the obituary, etc. The present literary criticism follows this journalistic career and the contact of zolian literary activity with immediate and not so immediate news, and reflects on the relation and the influence between the press and the zolian novel. This relation can be seen in many aspects of the literary work : discursive (remarks on the press in criticism, in a preface or in the heart of the diegetic universe), fictional (presence of journalistic staff in a zolian novel), thematic (advertising and literature), poetic (the construction of a naturalist novel is very similar to the construction of reportage), literary reception (the antinaturalist critique of zolian novels criticizes its introduction of journalistic methods in the literary world). The study of these influences shows that the novelist borrows, from journalistic methods, and especially from documentary methods, certain ways of grasping reality which are crucial in the composition of a novel in the naturalistic scheme. Thus, we can affirm that the cognitive powers of zolian fiction stem from a documentation imagination closely linked to the imagination of 19th-century press.
Description
Tableau d’honneur de la Faculté des études supérieures et postdoctorales, 2015-2016
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat