Publication :
Les comportements d'adaptation à l'âge préscolaire des enfants prématurés : contribution du risque néonatal, des caractéristiques de l'enfant et des conduites maternelles

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2004
Direction de publication
Direction de recherche
Piché, Christiane.
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Cette étude porte sur les émotions exprimées et les comportements d'adaptation utilisés à l'âge préscolaire par des enfants prématurés (51 mois d'âge réel), en situation problématique et en situation d'évaluation. Quarante-neuf mères et leurs enfants nés prématurément (22 «haut risque» et 27 «faible risque») ont participé à l'étude. Le rôle du contexte immédiat dans l'utilisation des comportements d'adaptation est examiné, de même que les différences entre les enfants HR et FR. De plus, la contribution relative du risque néonatal, des caractéristiques de l'enfant à 14 mois corrigés et des conduites maternelles au même âge, est analysée. Un modèle de médiation est postulé, où les conduites maternelles médiatisent la relation entre les caractéristiques de l'enfant (risque néonatal et caractéristiques à 14 mois corrigés) et son adaptation ultérieure. Les résultats indiquent qu'aucun lien n'émerge entre les deux tâches : les comportements d'adaptation et les émotions exprimées apparaissent spécifiques à la situation, mettant en évidence l'importance du contexte immédiat dans les patrons d'adaptation. Dans la situation problématique, des différences émergent entre les enfants HR et les enfants FR: les HR expriment moins d'affect négatif et utilisent davantage l'évitement que les FR. L'affect négatif est prédit par l'interaction entre le risque néonatal et les conduites maternelles: pour les enfants HR seulement, un degré élevé de structure à 14 mois corrigés-est associé à une plus faible proportion d'affect négatif à 51 mois. L'évitement est plutôt prédit par le risque néonatal et la réceptivité de l'enfant à 14 mois corrigés, chacun ayant une contribution unique et indépendante. Pour ce qui est de la situation d'évaluation, aucune variable ne contribue de façon linéaire à la prédiction du patron d'adaptation. Le niveau d'activité de l'enfant est prédit par l'interaction entre le risque néonatal et les conduites maternelles. Pour les enfants HR, plus la mère est structurante et soutenante à 14 mois corrigés, moins ils tendent à être actifs dans la situation d'évaluation. Le modèle de médiation proposé n'est donc pas démontré dans cette étude. Cependant, le risque néonatal semble jouer un rôle modérateur dans la relation entre les conduites maternelles et l'adaptation de l'enfant.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat