Publication :
Précision diagnostique de l'inventaire d'organisation de la personnalité et sensibilité à la violence conjugale

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2013
Direction de publication
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
La thèse s’intéresse à l’Inventaire d’organisation de la personnalité (IPO), un questionnaire autorapporté visant l’opérationnalisation de l’organisation limite de la personnalité selon la conceptualisation de Kernberg. À travers deux études, elle explore ses capacités de dépistage diagnostique et sa sensibilité à la violence conjugale, dans un paradigme longitudinal. La première étude vise à mesurer, dans un échantillon formé de 35 couples dont la femme souffre de trouble de la personnalité limite (TPL), la force de la relation de l’IPO avec l’échelle TPL de la Structured Clinical Interview for DSM-IV Axis II (SCID-II). Les résultats montrent que toutes les échelles de l’instrument ainsi que son score total prédisent significativement le nombre de critères remplis à l’échelle TPL du SCID-II et le statut diagnostique. Les résultats mettent en lumière l’utilité de l’IPO comme outil de dépistage diagnostique rapide et des points de rupture préliminaires sont suggérés à cette fin. La deuxième étude de la thèse vise à documenter, auprès de 372 couples de la communauté, l’existence d’une relation longitudinale bidirectionnelle entre la violence conjugale physique, psychologique ainsi que sexuelle et l’organisation limite de la personnalité, telle que mesurée par l’IPO. Seule une relation unidirectionnelle entre les variables est confirmée par des analyses acheminatoires, menées selon un modèle d’interdépendance acteur-partenaire. Ces dernières révèlent qu’une moindre violence conjugale rapportée par l’un des deux conjoints prédit significativement une plus faible détérioration de l’organisation de la personnalité chez ce même conjoint. Le niveau de pathologie de la personnalité ne prédit pas significativement les comportements violents du conjoint, ni ceux du partenaire, lorsqu’ils sont mesurés un an plus tard. Les résultats de la thèse appuient d’abord l’utilisation d’une version brève de l’IPO comme instrument de dépistage du TPL et comme mesure de l’organisation de la personnalité en tant que concept dimensionnel. Ils mettent également en lumière la contribution de la violence conjugale dans l’évolution longitudinale de la personnalité pathologique. Des recherches futures pourront permettre, entre autres, de mesurer l’influence à long terme de comportements violents spécifiques et d’autres types d’interactions conjugales sur la personnalité.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat