Publication :
Le cinéma de Marguerite Duras (1970-1982) sous la perspective intermédiale : déambulation, transmédialité et opacité

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2021
Direction de publication
Direction de recherche
Titre de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Numéro de revue
Résumé
Cette thèse s'avère une réflexion, selon une perspective intermédiale, sur l'espace audiovisuel et la représentation dans le cinéma de Marguerite Duras des années soixante-dix et quatre-vingts. En soulevant des questions qui sont au cœur de l'œuvre filmique de Marguerite Duras, comme la déambulation (écriture et espace), la perception de l'espace audio-visuel (l'écart entre la voix et l'image) et de la représentation du dispositif intermédial, ce travail met aussi l'accent sur le processus créateur. La déambulation sera envisagée sous deux aspects. Le premier se présente comme un motif récurrent dans l'œuvre de Marguerite Duras et se trouve dans les personnages qui marchent ou errent dans les villes fictives de l'imaginaire durassien. Le deuxième aspect inscrit la déambulation comme un mouvement au sein du processus créateur de l'œuvre durassienne, et dans ce sens elle sera traitée comme un procédé. La déambulation s'inscrit également dans une perception de l'espace, faisant émerger une poétique de la flânerie dans les films qui constituent notre corpus, notamment Les Mains négatives, Aurélia Steiner Melbourne, La Femme du Gange, Le Navire Nigth et Césarée. L'espace audio-visuel fait l'objet de la deuxième partie de la thèse. L'écart apparent entre le son et l'image du cinéma durassien sera abordé comme une combinaison audio-visuelle. Ainsi, l'audio et le visuel sont complémentaires; leur combinaison influence et transforme la perception du public. La thèse met l'accent sur la nature transmédiale de l'œuvre durassienne, suivant les emprunts, les échanges, les transferts qui s'opèrent du texte au film et du film au film. Nous considèrerons ces opérations transmédiales comme une forme de poétique du déplacement. Quant à la représentation, certains films de Marguerite Duras, dont Agatha et les lectures illimitées et L'Homme atlantique, oscillent entre les effets d'opacité et de transparence. Ces rapports transmédiaux seront abordés au final selon les phénomènes de la remédiation.
This thesis turns out to be a reflection, from an intermedial perspective, on the audiovisual space and on the representation of Marguerite Duras's cinema of the seventies and eighties. By raising questions that are at the heart of Marguerite Duras' filmic work, such as wandering (writing and space), the perception of audiovisual space (the gap between voice and image) and the representation of the intermedial device, this work also emphasizes the creative process. The déambulation will be considered from two aspects. The first highlights it as a recurring motif in Marguerite Duras's work, making itself felt in the characters who walk or wander in the fictional cities of the Durassian imagination. The second aspect inscribes the déambulation as a movement within the creative process of the Durassian work, and in this sense, it will be treated as a process. Thus, the déambulation is also part of a perception of space by arousing a poetics of strolling in the films that constitute our corpus, in particular Les mains negatives, Aurélia Steiner Melbourne, La Femme du Gange, Le Navire Nigth and Césarée. The audio-visual space is the subject of the second part of the thesis. The apparent gap between sound and image in Durassian cinema will be approached as an audio-visual combination. Thus, the audio and the visual are complementary; their combination influences and transforms public perception. We will again emphasize the transmedial nature of the work, taking into account the exchanges, the transfers that transit from text to film and from film to film. We consider these transmedial operations as a poetics of displacement. As for representation, certain films by Marguerite Duras, such as Agatha et les lectures illimitées and L'Homme atlantique oscillate between the effects of opacity and transparency. These transmedial relationships will be approached according to the phenomena of remediation.
Description
Revue
DOI
URL vers la version publiée
Mots-clés
Citation
Type de document
thèse de doctorat