Publication :
Le rôle du contexte éducatif en sciences au collégial dans la relation entre la personnalité des étudiants et l'expression de leur créativité

En cours de chargement...
Vignette d'image

Date

2007

Direction de publication

Direction de recherche

Titre de la revue

ISSN de la revue

Titre du volume

Éditeur

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Numéro de revue

Résumé

Depuis quelques années, plusieurs chercheurs ont souligné l'importance de la créativité dans le milieu scolaire collégial tant artistique que scientifique. On a identifié certains facteurs pouvant influencer l'expression de la créativité dont la personnalité et l'environnement (Chambers, 1973 ; Amabile, 1996, Alencar, 2001). Des études ont vérifié si une relation existait entre la personnalité et la créativité, l'ouverture ayant été identifiée comme principal facteur permettant de prédire l'expression de la créativité (King, Walker, & Broyles, 1996; Feist, 1998; 1999). Toutefois, peu d'études ont entrepris d'examiner si le contexte éducatif collégial dans lequel un étudiant chemine joue un rôle dans la relation entre la personnalité et la créativité. Par ailleurs, à l'école, le milieu scientifique semble être problématique quant à la place accordée à la créativité (Seymour, & Hewitt, 1997; Kardash, & Wallace, 2001). L'objectif principal de ce mémoire est donc d'examiner le rôle modérateur du contexte éducatif scientifique collégial (appartenance à un programme, pratiques pédagogiques et climat de la classe) dans la relation entre la personnalité et la créativité des étudiants. Nous émettons l'hypothèse que la personnalité et la créativité sont reliées. De plus, nous pensons que le contexte éducatif modère cette relation. Le lien entre la personnalité et la créativité devrait être plus faible chez les étudiants du programme Sciences de la nature que chez les étudiants du programme Arts plastiques parce que la créativité semble moins encouragée en sciences qu'en arts. De manière exploratoire, nous comparons les étudiants de Sciences de la nature et d'Arts plastiques à ceux de Sciences humaines car ce programme paraît plus neutre. Il s'agit, en effet, d'un programme pouvant se rapprocher des sciences, mais où la littérature ne rapporte pas de lacunes quant à la pédagogie ou la créativité. Afin de vérifier ces hypothèses, nous avons passé une batterie de questionnaires ainsi qu'un test de créativité à 146 étudiants (19 ans d'âge moyen) d'un cégep de la région de Québec. Ces questionnaires ont permis de mesurer la personnalité des étudiants, leurs perceptions de leur contexte éducatif, leurs perceptions de leur propre créativité et leur capacité à exprimer leur créativité. Les résultats obtenus indiquent que la personnalité et la créativité sont reliées. L'ouverture aux expériences est le principal trait de personnalité permettant de prédire la créativité. Cependant, le contexte éducatif scientifique ne modère que très faiblement la relation entre la personnalité et la créativité. Pourtant, le portrait que nous avons dressé des étudiants de Sciences de la nature indique clairement qu'ils ont une personnalité moins ouverte, qu'ils expriment moins de créativité et qu'ils ont une moins bonne opinion de leur contexte éducatif que les étudiants des deux autres programmes. Ces résultats sont discutés d'après le modèle théorique Person-Environment-Fit développé à partir des théories interactionnistes de Lewin (1936) et Murray (1938)

Description

Revue

DOI

URL vers la version publiée

Mots-clés

Citation

Licence CC

Type de document