Personne :
Desjardins, Clémence

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Desjardins

Prénom

Clémence

Affiliation

Université Laval. Faculté de pharmacie

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf13750600

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • PublicationAccès libre
    Étude de la relation entre la qualité de l'alimentation et l'intensité de la pharmacothérapie antidiabétique dans le traitement du diabète de type 2.
    (2023) Desjardins, Clémence; Drouin-Chartier, Jean-Philippe; Barbier, Olivier
    Un contrôle glycémique adéquat est essentiel chez les personnes vivant avec le diabète de type 2 (DT2) afin de prévenir les complications sur le long terme, dont les maladies cardiovasculaires. La prise en charge du DT2 doit donc permettre d'optimiser le contrôle glycémique via de saines habitudes de vie, dont l'alimentation est une partie intégrante, et l'utilisation de médication antihyperglycémiante. Toutefois, la relation entre la qualité alimentaire, l'intensité de la médication antihyperglycémiante et la qualité du contrôle glycémique n'a jamais été évaluée dans un contexte de vraie vie. Ce mémoire présente un portrait détaillé du DT2 et des approches préconisées pour sa prise en charge, ainsi qu'une étude transversale dont l'objectif était d'évaluer la relation entre la qualité de l'alimentation et l'intensité de la pharmacothérapie chez des adultes québécois vivant avec un DT2. Les résultats montrent que, globalement, il n'y avait aucune évidence d'association entre la qualité alimentaire et l'intensité de la médication antihyperglycémiante. Cependant, chez les personnes plus jeunes (hommes <50 ans, femmes <60 ans) et chez celles sans histoire de dyslipidémie et d'hypertension artérielle, la qualité alimentaire était inversement associée à l'intensité du traitement antihyperglycémiant. De plus, l'intensité de la pharmacothérapie antihyperglycémiante était inversement associée à la qualité du contrôle glycémique. Une tendance statistique suggérait également une relation favorable entre la qualité de l'alimentation et du contrôle glycémique. Ces résultats suggèrent un manque d'adéquation entre la qualité alimentaire et l'intensité de la pharmacothérapie au sein de cette cohorte d'adultes avec un DT2. La nature de cette relation résulte assurément d'interactions entre une multitude de caractéristiques individuelles et systémiques détaillées dans ce mémoire. Le développement d'approches favorisant la complémentarité entre de saines habitudes alimentaires et l'utilisation de médication antihyperglycémiante devrait tenir compte de ces facteurs afin de faciliter l'optimisation du contrôle glycémique et la prévention des complications.