Personne :
Keyser-Verreault, Amélie

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Keyser-Verreault
Prénom
Amélie
Affiliation
Université Laval. Département d'anthropologie
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11861381
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 2 sur 2
  • Publication
    Accès libre
    Qigong et nouvelles religions à Taipei (Taiwan) : une exploration des significations de cette pratique en monde contemporain
    (2011) Keyser-Verreault, Amélie; Henrion-Dourcy, Isabelle
    Le travail présenté dans ce mémoire de maîtrise est le résultat d'une recherche ethnographique menée à Taipei, Taiwan en 2011 avec des adeptes de qigong ainsi qu'avec des étudiants de la National Taiwan University. Ce travail vise à répondre à la question de recherche centrale : pour quelle(s) raison(s) les adeptes du groupe de « Qigong de Chine — Les cinq éléments » pratiquent-ils le qiqong à Taiwan aujourd'hui ? Ma démarche est de type inductif. L'observation participante ainsi que des entretiens semi-dirigés de type conversationnel furent les principales méthodes de collectes des données. Ce mémoire s'inscrit dans les préocupations de l'anthropologie du corps et utilise les notions « indigènes» chinoises relatives à la santé, au corps taoïste, et au corps confucéen. Il aborde aussi la thématique de l'articulation entre sciences modernes et une pratique dite traditionnelle, soit ici le qigong, pour montrer en quoi le qigong est une pratique corporelle intentionnellement choisie par les adeptes pour répondre à des pronostics de santé biomédicale. J'explorerai ce que les adeptes de qigong ont à dire sur leur corps (tel qu'il est vécu, tel qu'ils se le représentent) lors de la pratique du qigong et verrai en quoi cela me renseigne sur certains enjeux culturels contemporains à Taipei. J'examine le caractère effectif vécu ou non, de la référence au taoïsme pour les adeptes de qigong et je cherche à montrer comment la (ou les) vision(s) du corps d'autres segments de la population, ici la jeunesse, contrastent avec celles des adeptes de qigong, en recourant à la notion de corps confucéen.
  • Publication
    Accès libre
    Le souci pour la beauté : entrepreneures de soi à Taipei, Taïwan
    (2018) Keyser-Verreault, Amélie; Couillard, Marie-Andrée
    Cette thèse se situe à la jonction de l'approche foucaldienne de l'idéologie néolibérale, de l'anthropologie politique du corps et du féminisme. Il s'agit de la première étude prenant pour objet les pratiques de beauté féminine à Taïwan. Ces dernières, dans leurs formes contemporaines, visent un idéal, celui de la zhenmei (正妹), plaisant aux hommes, mais aussi source d'une grande satisfaction pour les femmes qui l'atteignent. Ces pratiques sont coûteuses en énergie, temps et argent et contribuent significativement à une vie jugée réussie, que ce soit sur le marché du mariage, de l'emploi, ou encore dans les relations sociales en général, ainsi que pour la satisfaction de soi. L'idéal de beauté est atteint par une surveillance constante du corps des femmes, une surveillance qui tantôt réprime, mais qui tantôt produit aussi des comportements jugés désirables. Je nomme cette surveillance et les pratiques qui en découlent le « travail esthétique » (aesthetic labor). Dans un contexte où les relations entre les femmes et les hommes sont clairement inégales, ce travail, qui se voit naturalisé et « invisibilisé », peut être vu comme une inégalité de plus. Dans le cadre de cette thèse, plutôt que de condamner les pratiques de beauté, je souhaite comprendre la rationalité qui sous-tend un si grand investissement dans l'apparence des répondantes qui ont participé à ma recherche. Ces femmes (80), rencontrées au cours d'une collecte de données de type ethnographique, étaient urbaines, instruites et elles maîtrisaient les compétences nécessaires au travail esthétique. Certaines étaient même des actrices critiques de l'idéal de la zhenmei et des pratiques qui en découlent. En appréhendant ce phénomène à partir d'une perspective critique de l'idéologie néolibérale, je montre que le travail esthétique participe de l'idéal d'un entrepreneur de soi responsable de la valorisation de son capital humain (dont la beauté est une composante) afin d'en tirer la reconnaissance des autres ainsi qu'une satisfaction personnelle. Mon analyse illustre que la satisfaction de soi, en tant que revenu immatériel de la valorisation du capital humain, est la visée du jeu d'appréciation-dépréciation que l'idéologie néolibérale implique. Les années de pratiques investies dans le travail esthétique sont menacées de dépréciation par le passage du temps et nécessitent un travail constant d'autosurveillance. Les processus visant à conjurer la dépréciation se trouvent particulièrement bien exemplifiés dans le cas de la grossesse qui représente, dans ce contexte, une vraie menace pour le capital. Les femmes se retrouvent alors devant une situation qui les amène à choisir entre la possibilité de sacrifier leur capital humain pour la poursuite de la lignée de leur époux ou la possibilité de s'engager dans des pratiques visant à corriger au mieux ce qui a été « brisé » par le fait de porter un enfant. Ces pratiques sont diffusées dans des magazines de maternité et institutionnalisées dans des centres de repos où les mères séjournent durant le mois suivant l'accouchement (月子中心). Des conseils spécifiques y sont dispensés concernant l'allaitement ainsi que la nourriture à consommer non plus tellement pour « se remettre » de la naissance, mais pour « redevenir comme avant ». Finalement, des pratiques traditionnelles sont réinterprétées par ce que je nomme le « souci pour la beauté ». Les femmes que j'ai rencontrées ont insisté sur l'importance de tenter de répondre de l'idéal de beauté et d'investir dans les pratiques jugées nécessaires malgré la maternité et le passage du temps. Enfin, ce ne sont pas toutes les femmes qui adhèrent ou peuvent adhérer à l'idéal de la zhenmei, certaines sont, en effet, réfractaires au modèle valorisé et mettent parfois de l'avant d'autres domaines de valorisation.