Personne :
Ballot, Orlane

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Ballot
Prénom
Orlane
Affiliation
Université Laval. École de psychologie
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11891063
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 3 sur 3
  • Publication
    Accès libre
    Sleep disturbances during the menopausal transition : the role of sleep reactivity and arousal predisposition
    (Routledge, 2021-06-27) Morin, Charles M.; Ji, Xiaowen; Ballot, Orlane; Ivers, Hans
    Background: Sleep disturbances are common during the menopausal transition and several factors can contribute to this increased incidence. This study examined the association between sleep reactivity, arousal predisposition, sleep disturbances and menopause. Methods: Data for this study were derived from a longitudinal, population-based study on the natural history of insomnia. A total of 873 women (40-60 years) were divided into two groups according to their menopausal status at baseline: reproductive (n=408) and postmenopausal (n=465). Participants were evaluated annually throughout the five-year follow-up period. Four questionnaires were used to examine sleep quality, insomnia severity, sleep reactivity, and arousal predisposition. The data were analysed using two approaches: cross-sectional with a multivariate analysis and binary regression, and longitudinal with a linear mixed models using a menopausal groups (3) x time (5) design. Results: Cross-sectional analyses showed that postmenopausal women reported significantly more severe insomnia and poorer sleep quality than reproductive women. Sleep reactivity and arousal predisposition were significant predictors of sleep disturbances. Longitudinal analyses revealed increased sleep disturbances in the two years before and after the menopausal transition. Sleep reactivity and arousal predisposition did not moderate the temporal relationships between menopausal transition and sleep disturbances. Conclusion: More sleep disturbances were reported during the menopausal transition, but those difficulties were not explained by sleep reactivity and arousal predisposition. These results suggest the involvement of other psychophysiological factors in the development of sleep disturbances during the menopause.
  • Publication
    Accès libre
    La contribution du stress et de l'hyperactivation dans l'insomnie pendant la ménopause.
    (2021) Ballot, Orlane; Morin, Charles M.; Carrier, Julie
    Cette thèse s'intéresse à la contribution de facteurs potentiellement associés à l'insomnie durant la ménopause à l'aide de deux études distinctes. La première étude s'appuie sur les données d'une enquête épidémiologique de cinq années auprès de 3 419 adultes à partir desquels un échantillon de 873 femmes âgées de 40 à 60 ans a été sélectionné. Quatre questionnaires portant sur la qualité de sommeil, la sévérité de l'insomnie, la réactivité du sommeil au stress et la prédisposition à l'activation ont été utilisés dans deux volets distincts. Le volet transversal avait pour but de comparer le sommeil entre des femmes pré et postménopausées et d'observer si la réactivité du sommeil au stress et la prédisposition à l'activation étaient des prédicteurs des difficultés de sommeil pour chacun des groupes. Le volet longitudinal avait pour objectif de suivre l'évolution prospective des difficultés de sommeil et d'examiner si ces difficultés de sommeil étaient modérées par les facteurs d'activation et de réactivité pendant la transition ménopausique. Les résultats transversaux montrent que les femmes postménopausées rapportaient une moins bonne qualité de sommeil et une sévérité d'insomnie plus élevée que les femmes préménopausées. Ces difficultés de sommeil étaient prédites par la réactivité du sommeil au stress et la prédisposition à l'activation. Au regard des résultats longitudinaux, ceux-ci indiquent que la transition ménopausique avait un effet négatif sur le sommeil. Toutefois, la réactivité du sommeil au stress et la prédisposition à l'activation ne semblaient pas modérer la relation entre la transition ménopausique et les difficultés de sommeil. D'autres facteurs biologiques liés à la ménopause, tels que les bouffées de chaleur, pourraient être en lien avec le développement des difficultés de sommeil. Toutefois, aucune information sur leurs présences n'était disponible dans cette base de données. C'est pourquoi la seconde étude visait à étudier la contribution de facteurs préexistants (hyperactivation et stress) et biologiques (bouffées de chaleur) dans le développement de l'insomnie pendant la ménopause. Cette étude impliquait le recrutement d'un échantillon de 63 femmes péri et postménopausées (âgées de 45 à 55 ans), classifiées en trois groupes distincts : sans insomnie, avec de l'insomnie ayant commencé lors de la périménopause et avec de l'insomnie ayant commencé au moins 3 ans avant la périménopause. L'admissibilité des participantes était jugée lors d'une entrevue téléphonique, une entrevue face-à-face (questionnaires, entrevue diagnostique) et une nuit d'enregistrement polysomnographique pour détecter d'autres troubles du sommeil. Les participantes incluses étaient invitées pour une seconde nuit d'enregistrement afin d'évaluer le sommeil, les bouffées de chaleur et l'activation physiologique (ex. cardiovasculaire). Le sommeil, les bouffées de chaleur, les niveaux d'activation et de stress étaient ensuite évalués durant une semaine à l'aide de mesures subjectives (questionnaires, agenda) et objectives (actigraphie, cortisol salivaire). Selon les résultats, les deux groupes avec insomnie rapportaient une activation somatique et cognitive à l'heure du coucher, un impact des événements de stress diurnes et une fréquence des bouffées de chaleur nocturnes subjectives plus élevés que les femmes sans insomnie. De plus, les femmes avec de l'insomnie précédant la ménopause avaient des taux de cortisol salivaire plus élevés que les femmes avec insomnie récente et celles sans insomnie. Les analyses de médiation ont révélé une relation entre le stress quotidien et les réveils subjectifs, par le biais des bouffées de chaleur et d'activation cognitive au coucher. Néanmoins, les résultats de la nuit d'enregistrement polysomnographique ne montrent aucune différence sur les mesures du sommeil et d'activation entre les trois groupes. L'ensemble des résultats de cette thèse souligne la contribution de facteurs de vulnérabilité psychobiologique dans le développement des difficultés de sommeil pendant la ménopause. D'autres recherches sont encore à effectuer, afin de mieux comprendre l'étiologie de l'insomnie pendant cette période et d'adapter les interventions actuelles à cette population.
  • Publication
    Accès libre
    L’érythropoïétine cérébrale: une nouvelle molécule contre la dépression hypoxique chez le nouveau-né et l’adulte
    (2016) Ballot, Orlane; Soliz, Jorge; Joseph, Vincent
    Durant l’hypoxie, l’érythropoïétine (Epo) agit sur le système nerveux central (SNC) pour réduire la dépression respiratoire. Mais nous ignorons si la présence de l’Epo endogène dans le SNC agit comme un stimulant respiratoire sexe-spécifique chez le nouveau-né et l’adulte, en hypoxie et en hypercapnie. Des souris âgées de 9 jours et de 3 mois reçoivent une injection intracisternale de l’antagoniste de l’Epo (sEpoR) ou d’un contrôle. 24h après, nous enregistrons les paramètres métaboliques et ventilatoires par pléthysmographie avec une période en normoxie, hypercapnie et différents cycles d’hypoxie. D’après nos résultats, sEpoR produit une dépression respiratoire en normoxie et en hypoxie, en raison d’une diminution de la fréquence respiratoire chez la femelle et du volume courant chez le mâle adulte et nouveau-né. De plus, une différence sexe-spécifique est remarquée en hypoxie seulement chez l’adulte. Cependant, ces résultats ne sont pas retrouvés en hypercapnie. L’Epo endogène est donc un important stimulant respiratoire en hypoxie.