Personne :
Brin, Colette

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Brin
Prénom
Colette
Affiliation
Université Laval. Département d'information et de communication
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf10533663
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 10 sur 22
  • Publication
    Accès libre
    Les médias canadiens et les pays en développement : étude critique des enjeux, des événements et des acteurs clés.
    (Fondation Aga Khan (Canada), 2017-09-27) Brin, Colette; Greenberg, Joshua; Pyman, Heather; Beanlands, Joshua; Brule, Chantelle; Gilberds, Heather; Bédard-Brûlé, Isabelle; Bouchard, Olivier; Prévost, Hugo; Buckley, Molly; Laporte, Carrie; Pepall, Jennifer; Quipp, Rosemary
    Cette étude a identifié un certain nombre de caractéristiques de la couverture des pays en développement par les médias canadiens. • Premièrement, comme le montre l'examen des travaux antérieurs sur la question, même si les événements internationaux attirent fortement l'attention des médias canadiens, il n'existe qu'une très faible proportion de textes journalistiques à dimension internationale abordant des questions relatives au développement. Par ailleurs, la fermeture de certains bureaux à l'étranger et la réduction des ressources éditoriales au cours des dernières décennies ont abouti à une dépendance plus forte vis-à-vis des agences de presse et à un déclin de ce que Paul Salopek, du National Geographic, a qualifié de « journalisme en profondeur ». Pour M. Salopek, le journalisme en profondeur « est façonné par une immersion en profondeur dans le sujet sur le terrain [...] pour révéler la texture des vies des personnes [...] qui sont au cœur des histoires faisant la une mais qui ne sont généralement pas mentionnées à titre personnel » (Bishop, 2015). • Dans l'échantillon étudié ici, par comparaison avec les médias numériques et audiovisuels, les journaux ont davantage couvert les enjeux et les événements liés aux pays en développement (et, de manière générale, ont diffusé plus de nouvelles). Parmi les médias de langue anglaise, c'est le Toronto Star qui a présenté le volume le plus important de nouvelles internationales relatives aux pays en développement, aussi bien sur le thème du développement que sur d'autres thèmes. Parmi les médias de langue française, Le Devoir a présenté le volume le plus important de couverture dans toutes les catégories. Dans l'ensemble, les journaux nationaux ont davantage couvert le thème du développement; le Calgary Herald et la Montreal Gazette ont toutefois présenté plus d'articles sans lien avec le développement que le Globe and Mail et le National Post. • Le terrorisme et la guerre ont été les principaux sujets de couverture des pays en développement, aussi bien en anglais qu'en français. Il n'est pas surprenant de noter que les nouvelles sans rapport avec le développement se sont concentrées principalement sur des pays comme l'Irak et le Nigéria, qui ont connu d’importants conflits en 2015. • Lorsqu'on examine la couverture relative au développement pour les 18 pays sélectionnés sur l'ensemble des plateformes d'information, on ne dénombre que très peu de textes en général. Il est donc important de se montrer prudent dans les conclusions tirées (à l'exception du fait que les textes journalistiques sur le développement sont pratiquement inexistants). De manière générale, les textes portant sur plusieurs pays ont prédominé, aussi bien en anglais qu'en français, par comparaison avec les textes abordant les enjeux du développement dans un seul pays. • Dans les médias de langue anglaise, les pays les plus couverts individuellement ont été Haïti, le Kenya et le Nigéria, et là encore, les médias imprimés traditionnels ont fourni une couverture supérieure à celle des médias numériques ou audiovisuels. Dans les médias de langue française, Haïti, l'Irak et le Congo ont fait l'objet du plus grand volume de couverture. • De manière générale, les journaux nationaux anglophones ont davantage couvert le thème du développement que les journaux régionaux; toutefois, l'Ottawa Citizen et le Calgary Herald ont atteint respectivement la troisième et la quatrième places du classement pour ce type de couverture. Comme indiqué précédemment, le Toronto Star a publié la plus grande proportion de textes portant de façon générale sur les pays en développement, mais également la plus grande proportion de textes sur le thème du développement. Bien qu'il ait publié moins de textes portant de façon générale sur les pays en développement, le Globe and Mail a atteint la deuxième place du classement pour les textes sur le thème du développement. • En français, Le Devoir a produit la couverture la plus volumineuse sur le thème du développement, suivi par La Presse. Étant donné le nombre de médias inclus dans l'étude, la proportion de textes sur le thème du développement dans les journaux francophones semble comparativement supérieure à celle de l'échantillon anglophone. Le nombre de textes est toutefois similaire pour Radio-Canada et la CBC. • Les textes sur le thème du développement étaient constitués en majorité de nouvelles brutes plutôt que de textes d'opinion; la couverture par les médias francophones a toutefois été plus importante que celle par les médias anglophones. En anglais, les thèmes les plus courants en lien avec le développement dans ces textes ont été les infrastructures, l'éducation et le genre, tandis qu'en français, les thèmes abordés le plus fréquemment ont été le développement économique, les droits de l'homme et la gouvernance. • La majorité des textes dont l'auteur a pu être identifié ont été écrits par des membres du personnel des entreprises de presse; les médias en français étaient cependant plus susceptibles que les médias en anglais d'avoir eu recours à des agences de presse (l'AFP dans presque tous les cas). • En anglais, près de la moitié des articles occupaient une place bien en vue sur les quatre premières pages de la publication, tandis qu'en français, les articles étaient très souvent publiés après la page 4. • Les textes en anglaise étaient généralement plus courts que les textes en français. Environ 20 pour cent de tous les textes dans les deux langues comptaient 1 000 mots ou plus. Seulement 47 pour cent des textes en anglais et 54 pour cent des textes en français comptaient plus de 750 mots. • Les ONG ont été la source la plus citée, avec plus de 40 ONG différentes identifiées en anglais et en français.
  • Publication
    Accès libre
    La formation des journalistes en Amérique
    (Institut National de l'Audiovisuel, 2008-12-01) Brin, Colette
    Colette Brin, professeur associé à l’université Laval (Québec) et rédactrice en chef de Projet.ca, observatoire indépendant du journalisme, présente ici les spécificités et les enjeux de la formation journalistique en Amérique du Nord. L’enseignement du journalisme se fait exclusivement au sein de l’université et entretient à ce titre des liens étroits avec le monde de la recherche. Tout comme en France, les formateurs en journalisme doivent faire face à de nouveaux défis tels que le développement du journalisme participatif, ou encore un marché de l’emploi fragilisé.
  • Publication
    Accès libre
    Media and manias : news and economic decision-making
    (Centre d'études sur les médias, 2004-05-12) Augey, Dominique; Brin, Colette
    This paper proposes an interdisciplinary framework of mass communication and economic theory to examine the role of the media in economic decision-making. The recent expansion of business-financial news in the mass media and the development of specialized information sources for the general public is linked to the democratization of the stock market, which is related to the development of managerial capitalism. Speculative bubbles are also examined in this context of general economic transformation. Media coverage of the 2000 speculative bubble in France and Quebec illustrates the double trend of « economization » of media discourse and « popularization » of business-financial news.
  • Publication
    Accès libre
    Tabloïd nouveau genre : format change and news content in Quebec City's Le Soleil
    (Routledge, 2008-09-02) Brin, Colette; Drolet, Geneviève.
    Faced with growing competition and dwindling readership, especially among young people, some metropolitan newspapers have switched from a broadsheet to a smaller, easier to handle format. This strategy has been successful at least in the short term, and has been applied recently in Quebec by small-market newspapers owned by the Gesca chain. In April 2006, Le Soleil, the second-largest daily of the group, adopted a compact format and new design, accompanied by new content sections, changes in newsroom staff and management, as well as an elaborate marketing plan. In announcing the change to its readers, an article by the editor-in-chief focused on adapting the newspaper’s content to readers’ lifestyles and interests, as well as developing interactivity. The plan was met with some resistance in the newsroom and among readers. Based on a theoretical model of long-term change in journalism, briefly set out in the article, this study analyzes this case as it compares to the ‘‘communication journalism’’ paradigm. Specifically, it examines how tensions between competing conceptions of journalism are manifest in Le Soleil’s own coverage of the format change.
  • Publication
    Accès libre
    Editorial
    (Canadian Journal of Communication, 2010-12-01) Sawchuk, Kim; Brin, Colette
    An introduction to the journal is presented in which the editor discusses various reports published within the issue including one by Kaitlynn Mendes about the advice of Marion Hilliard on women's health, one by Alissa Sklar and Jeffrey Derevensky on the impact of gambling advertisements on underage youth, and one by Michael and Gordon Darroch on the issue of the long-form census in Canadian communication studies.
  • Publication
    Accès libre
    Radio parlée, élections et démocratie.
    (Centre d’études sur les médias, 2009-09-01) Brin, Colette; Giroux, Daniel; Giasson, Thierry; Drolet, Geneviève.; Payette, Dominique; Sauvageau, Florian; Giroux, Daniel
    Le Centre d'étude s'est intéressé au rôle qu'ont joué les deux radios privées de format parlé de Québec lors des élections à la mairie à l'automne 2007. Nous avons analysé ce que CHOI et le 93,3 ont proposé à leurs nombreux auditeurs pendant les trois semaines officielles de cette campagne électorale. Nos travaux montrent clairement que les deux stations de Québec n’ont pas respecté les consignes du CRTC ni les normes qu’on retrouve dans le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs, auquel elles ont pourtant adhéré. Elles n’ont pas traité de manière équitable la candidate du RMQ, Ann Bourget. Elles n’ont pas assuré une couverture « complète, juste et appropriée » de cette campagne à la mairie de Québec. Au contraire, des animateurs se sont servis abusivement du pouvoir que leur confère l’accès quotidien aux micros de stations très écoutées, et les dirigeants de ces stations ont laissé faire.
  • Publication
    Accès libre
    Le journalisme politique en 140 caractères : le cas du Québec
    (Bruxelles, 2016-03-15) Brin, Colette; Giasson, Thierry; Chacon, Geneviève
    Durant la dernière décennie, peu d’études se sont penchées sur l’utilisation que font les journalistes politiques d’Internet et des réseaux socionumériques, particulièrement à l’extérieur des États-Unis et du contexte spécifique des campagnes électorales. Traditionnellement, un pan de la littérature en communication conçoit l’actualité politique comme une construction, négociée principalement entre les journalistes et les autorités politiques. Or, les sources d’information des journalistes tendent à se diversifier ; Internet fournit désormais aux acteurs politiques, médiatiques et citoyens l’occasion d’interagir et de négocier la construction de l’actualité publiquement, en temps réel. En ce sens, cet article explore comment les journalistes politiques québécois utilisent Internet, et plus spécifiquement Twitter, dans leurs pratiques et leurs discours professionnels, à partir d’une analyse de contenu quantitative et qualitative des messages diffusés par la presse parlementaire durant une période de deux semaines. D’une part, nos analyses montrent la persistance de pratiques caractéristiques des médias de masse et l’émergence de nouvelles façons de faire. Généralement, les journalistes parlementaires dialoguent peu et sont enclins à conserver leur rôle de gardien de l’information (gatekeeper) sur Twitter, diffusant principalement leur propre travail ou celui d’autres journalistes. De plus, les sources politiques officielles continuent à occuper une place prépondérante dans leur couverture. Cependant, le rapport des journalistes parlementaires au temps se transforme. Une partie très importante de leur production consiste à communiquer instantanément de l’information fragmentaire sur un événement politique, laissant peu d’espace et de temps à la vérification de l’information. D’autre part, nos données révèlent une diversité dans les usages de Twitter chez les journalistes parlementaires étudiés. Des journalistes se distinguent de leurs collègues en dialoguant avec une diversité d’usagers et en faisant preuve de transparence vis-à-vis de leurs publics. Cette diversité suggère que le journalisme politique québécois se situe dans une phase de transition par rapport aux nouvelles possibilités qu’offrent les réseaux socionumériques.
  • Publication
    Restreint
    Le Bon, la Brute et le Raciste : analyse de la couverture médiatique de l’opinion publique pendant la «crise» des accommodements raisonnables au Québec.
    (University of Toronto Press, 2010-05-01) Brin, Colette; Sauvageau, Marie-Michèle; Giasson, Thierry
    De mars 2006 à décembre 2007, le Québec a été secoué par un débat sociétal sur la question de la gestion de la diversité culturelle. Cette «crise» aurait été alimentée par un tsunami médiatique traitant de divers cas d’accommodements juridiques ou d’ajustements administratifs accordés dans les services publics à des citoyens québécois issus de l’immigration dans la grande région de Montréal ~Giasson et coll., 2008!. Par le biais d’une couverture étendue, les médias ont attiré l’attention de la population sur ces pratiques d’accommodement. L’article présente les données exploratoires d’une analyse de contenu de la couverture faite par onze journaux québécois du climat de l’opinion des Québécois en matière de diversité et d’immigration pendant la phase intensive de développement du débat. L’étude montre que dans leur analyse des sondages d’opinion et dans la présentation générale des tendances de l’opinion publique sur les accommodements raisonnables, les journaux ont mis l’accent sur l’évaluation du malaise des répondants envers l’immigration et la diversité religieuse plutôt que sur l’ouverture de la population québécoise envers la diversité et sur l’apport social de l’immigration, renforçant ainsi davantage l’impression populaire qu’une crise sociale majeure se déroulait et qu’il existait un fossé entre les Québécois «de souche», les Québécois issus de l’immigration et les autres Canadiens.
  • Publication
    Restreint
    Verification as a strategic ritual : how journalists retrospectively describe processes for ensuring accuracy
    (Routledge, 2013-02-05) Shapiro, Ivor; Brin, Colette; Bédard-Brûlé, Isabelle; Mychajlowycz, Kasia
    While a concerted quest for accuracy is seen by many journalists as central to their professional identity, informal rules of practice for achieving news accuracy are elusive and highly nuanced. We conducted post hoc qualitative interviews with 28 semi-randomly selected Canadian journalists working for French- and Englishlanguage newspapers; each journalist reconstructed in detail the process of verification used in reporting a single newspaper story. Findings suggest considerable diversity in verification strategies, at times mirroring social scientific methods (source triangulation, analysis of primary data sources or official documents, semiparticipant observa- tion), and different degrees of reflexivity or critical awareness of journalists’ own blind spots and limitations. Most interviewees expressed passionate support for the norm of verification, but described a range of pragmatic compromises when selecting various types of facts for, and when conducting, verification. Proper names, numbers and some other concrete details were verified with greater care than some other types of factual statement. On the other hand, statements were frequently relayed, with or without attribution, based on a single subject’s word. We also observed that verification cannot easily or consistently be identified as a distinct process within the normal course of reporting: rather, the relationship between the reporting and verification processes may often be circular, and some verification rests in knowledge derived from a reporter’s earlier work.