Personne :
Kabir, Ryma

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Kabir

Prénom

Ryma

Affiliation

Faculté de médecine dentaire, Université Laval

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

ncf11926296

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • PublicationAccès libre
    Facteurs affectant la profondeur des poches parodontales suite à la thérapie parodontale initiale et au lambeau positionné apicalement avec résection osseuse : une étude rétrospective
    (2019) Kabir, Ryma; Gonçalves, Reginaldo Bruno
    Cette étude rétrospective des dossiers dentaires des patients traités par les résidents en parodontie de l’Université Laval a pour but d’évaluer l’évolution des profondeurs des poches parodontales à la suite de la thérapie initiale, suivie d'un lambeau positionné apicalement avec résection osseuse. Ce sont 127 dossiers dentaires qui ont été sélectionnés, totalisant 830 dents à l’examen parodontal initial. Les molaires inférieures sont celles avec les profondeurs des poches les plus élevées, suivies des molaires supérieures. Les prémolaires et les antérieures démontrent une évolution similaire dans le temps. Les poches parodontales initiales de 1 à 3 mm ont une augmentation de la profondeur des poches de 0,36 mm à la suite de la thérapie initiale et une diminution de 0,3 mm à la suite de la thérapie chirurgicale. Pour les poches de 4 à 6 mm et ≥ 7 mm, il y a une diminution de la profondeur des poches à la suite de la thérapie initiale de 0,75 mm et 2,21 mm, respectivement et après la phase chirurgicale une diminution de 1,15 mm et 1,9 mm, respectivement. Les mesures prises au niveau des surfaces interproximales sont celles possédant les profondeurs initiales les plus élevées et diminuent dans le temps d’une manière assez similaire. Les hommes ont tendance à avoir des profondeurs des poches initiales légèrement plus importantes, mais qui diminuent dans le temps pour rejoindre celle des femmes. Les fumeurs, les anciens fumeurs et les non-fumeurs répondent de la même manière aux traitements. Les instructions d’hygiène permettent de diminuer la quantité de plaque dentaire. Cette étude a trouvé qu’il n’est pas pertinent d’envisager une thérapie chirurgicale pour les profondeurs des poches de moins de 4 mm. Selon le jugement du praticien, un traitement chirurgical est suggéré à partir d’une profondeur des poches de 5 mm.