Personne :
Michaud, Amélie

En cours de chargement...
Photo de profil

Adresse électronique

Date de naissance

Projets de recherche

Structures organisationnelles

Fonction

Nom de famille

Michaud

Prénom

Amélie

Affiliation

Faculté des sciences sociales, École de service social, Université Laval

ISNI

ORCID

Identifiant Canadiana

person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • PublicationAccès libre
    Le partenariat État-tiers secteur : une étude de cas en développement des communautés
    (2016) Michaud, Amélie; Duperré, Martine
    Depuis le milieu des années 1980, les rapports entre l'État et le tiers secteur ont plus ou moins évolué vers un modèle de type partenarial. Dans le domaine de la santé et des services sociaux, la redéfinition des relations s'actualise notamment par un plus grand partage des responsabilités avec le tiers secteur. La présente démarche de recherche s'intéresse à la façon dont s'articulent les relations de partenariat État-tiers secteur dans le contexte actuel. Plus précisément, les objectifs poursuivis par la recherche sont l'identification des principaux éléments qui caractérisent les relations de partenariat établies entre l'État et le tiers secteur ainsi que les éléments favorables et limites qui y sont associés. Pour ce faire, la démarche de recherche s'est orientée vers l'analyse des relations de partenariat État-tiers secteur dans le domaine du développement des communautés. L'étude des relations de partenariat a été approfondie dans le cadre d'une initiative de développement des communautés au Québec. À l'issue de la période de collecte de données, le cas étudié fournit certains éléments de réflexion pertinents en regard de l'objet d'étude. En effet, les résultats obtenus révèlent les principales caractéristiques de la relation de partenariat observé dans le cas à l'étude, qui correspond au type supplémentarité-coconstruction. L'analyse des résultats permet d'identifier les principales caractéristiques associées à ce type de partenariat notamment en ce qui a trait à l'autonomie du tiers secteur et au degré d'institutionnalisation de la relation. Les résultats obtenus démontrent que la relation de partenariat étudiée s'inscrit dans une logique complémentaire entre l'État et le tiers secteur. On constate également que les organismes du tiers secteur impliqués ont pu conserver leur caractère autonome au cours de la démarche d'intervention. L'identification de facteurs favorables et de certaines limites au travail en partenariat fournit certains outils qui peuvent être utilisés par les professionnels dans l'intervention en développement des communautés.