Personne :
Morrissette, Nathalie

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Morrissette
Prénom
Nathalie
Affiliation
Département des sciences du bois et de la forêt, Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, Université Laval
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf11861207
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    Les mycorhizes éricoïdes : un potentiel biotechnologique pour favoriser l'établissement de plants de bleuet sur les sites perturbés par l'exploitation des sables bitumineux en forêt boréale canadienne
    (2011) Morrissette, Nathalie; Piché, Yves; Khasa, Phambu
    L'exploitation des sables bitumineux en Alberta couvre un territoire de plus de 140 800 km2 dans la forêt boréale. Pour atteindre les gisements d'hydrocarbures, cette exploitation nécessite la coupe à blanc de la végétation ainsi que le déblaiement du mort-terrain d'une profondeur d'environ 50 mètres. Après l'extraction des sables bitumineux, ceux-ci doivent être traités pour en extraire le pétrole et les procédés exigent l'utilisation de produits toxiques. Les rejets sableux et aqueux générés par cette extraction sont remis en place et étant donné leur forte concentration en sels et leur pH alcalin, ces rejets limitent l'établissement naturel de la végétation. Parmi les peuplements forestiers, les ericacées occupent une place prédominante auprès des conifères (épinettes noires, épinettes blanches, pins gris, sapins baumiers et mélèzes laricins) et des arbres feuillus (bouleaux et peupliers). Pour permettre la recolonisation d'arbustes tels que le bleuet sur ces sites perturbés, cette étude propose l'inoculation des semis avec des champignons mycorhiziens éricoïdes résistants aux stress salins et aux hydrocarbures afin d'accroître leur tolérance à ces mêmes stress. La sélection in vitro de champignons éricoïdes tolérants aux stress salins (NaCl, Na₂S0₄, CaC1₂ et CaS0₄) et aux hydrocarbures (pétrole brute et eau de rejet CT) fut effectuée en boîtes de Petri. Étant donné la grande tolérance de ces champignons (Gymnascella dankaliensis, Phialocephala fortinii, Hymenoscyphus sp., Meliniomyces variabilis, Myxotrichum setosum et Pseudogymnoascus roseus ) en conditions in vitro, une expérience in vivo fut entreprise afin d'évaluer la tolérance aux stress salins (NaCl) et d'hydrocarbures (pétrole brut et eau de rejet CT) des plants de bleuet inoculés avec ces mêmes champignons. Dû à un manque de mycorhization des plants de bleuet, aucune conclusion n'a pu en être tirée. Les raisons de cet échec seront abordées dans la discussion.