Personne :
Lebel, Vicky

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Lebel
Prénom
Vicky
Affiliation
Université Laval. École de psychologie
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf13675936
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
En cours de chargement...
Vignette d'image
PublicationAccès libre

Symptômes internalisés, comportements externalisés et traits limites à l'adolescence

2021, Lebel, Vicky, Normandin, Lina

Le trouble de la personnalité limite (TPL) est le trouble de personnalité le plus fréquemment rencontré dans les milieux cliniques, cette problématique étant associée à des conséquences importantes sur le plan personnel, social et économique. Même si la nature développementale de ce trouble est suspectée depuis longtemps et commence à être étayée par des données empiriques, ce n'est que récemment que la validité du TPL à l'adolescence a été reconnue. Un nombre croissant d'études porte actuellement sur l'identification des précurseurs et marqueurs développementaux précoces associés au développement ultérieur de cette pathologie de la personnalité. Dans cette optique, la présente thèse de doctorat s'est intéressée à cette problématique particulière tout en empruntant le cadre de travail de la psychopathologie développementale dans l'objectif d'explorer les relations entre la symptomatologie internalisée-externalisée, telle que mesurée par le Youth Self-Report (YSR; Achenbach et Rescorla, 2001) et les traits limites, mesurés par le Borderline Personality Features Scale for Children (BPFS-C; Crick et al., 2005) à l'adolescence. Les données ont été recueillies auprès de 573 participants âgés entre 11 et 18 ans recrutés dans différentes écoles secondaires, établissements post-secondaire et camps de jour de la région de la Capitale-Nationale, du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches. Les résultats révèlent une absence de différence quant à l'endossement des traits limites en fonction de l'âge. La différence la plus importante a été relevée entre les genres, les filles présentant davantage de traits limites, cette différence atteignant un niveau de significativité parmi le groupe âgé entre 15 et 18 ans. Ensuite, des analyses factorielles exploratoires ont permis d'extraire une solution unifactorielle composée de six items du YSR expliquant 47,15% de variance et ayant une bonne consistance interne (α = .835). Les analyses factorielles et de régressions logistiques binaires montrent que la plus grande proportion de variance est constamment expliquée par ce facteur. Il présente une excellente spécificité, mais une sensibilité modérée à détecter les adolescents qui présentent un grand nombre de traits limites. Enfin, ces résultats sont abordés en regard de leur portée clinique et des pistes futures à explorer, tout en tenant compte des forces et limites au plan méthodologique de la présente thèse.