Personne :
Philion, Jennifer

En cours de chargement...
Photo de profil
Adresse électronique
Date de naissance
Projets de recherche
Structures organisationnelles
Fonction
Nom de famille
Philion
Prénom
Jennifer
Affiliation
Université Laval. Département des sciences animales
ISNI
ORCID
Identifiant Canadiana
ncf13719740
person.page.name

Résultats de recherche

Voici les éléments 1 - 1 sur 1
  • Publication
    Accès libre
    Impact de l'alimentation lactée et des performances pré-sevrages sur la productivité des vaches en première lactation
    (2022) Philion, Jennifer; Charbonneau, Édith; Paquet, Éric
    Ce projet avait comme objectif d'évaluer l'impact de l'alimentation lactée en pré-sevrage sur le développement des génisses et sur les performances en première lactation. Deux traitements ont été mis en place, le premier suivant la recommandation canadienne actuellement en vigueur (20 % de poids vif à la naissance en aliment lacté) et le second offrant du lactoremplaceur à volonté en période de pré-sevrage. Des collectes de données ont été réalisées afin d'obtenir le poids corporel, la circonférence thoracique, la hauteur aux hanches et au garrot ainsi que la largeur aux hanches sur un total de 179 génisses Holstein d'une ferme commerciale de la région de Québec. Les données de lactation ont été récoltées au cours de la première lactation à l'aide du logiciel en place sur la ferme de l'étude. Les résultats du projet ont montré qu'offrir du lactoremplaceur à volonté permet aux génisses d'atteindre un poids corporel plus élevé à 55 jours d'âge et à 11 mois d'âge en comparaison à l'alimentation selon la recommandation canadienne. Le gain moyen quotidien était aussi plus important pour les génisses suivant un régime alimentaire à volonté pour les mêmes périodes. La hauteur aux hanches était significativement supérieure à 55 jours d'âge, au sevrage et à 11 mois d'âge pour les génisses consommant du lactoremplaceur à volonté avec une consommation de plus de 7,5 l/jour. L'abandon d'une des fermes du projet a résulté en un nombre plus faible que prévu de génisses suivies en post-sevrage, ce qui n'a pas permis de conclure sur l'impact des traitements pour la productivité des animaux en lactation. Les résultats du projet indiquent que la différence de croissance des animaux lorsque nourris à volonté persistent après le sevrage, jusqu'à l'approche de la puberté, et ce même si le traitement comparatif correspond à une quantité d'aliment lacté qui est considéré comme répondant aux besoins des animaux.